Huffpost Algeria mg

Des journalistes d'El Khabar et El Watan empêchés d'assister aux funérailles de Mohamed Abdelaziz

Publication: Mis à jour:
MOHAMED ABDELAZIZ
Photo d'archive | Louafi Larbi / Reuters
Imprimer

Des journalistes des quotidiens El Khabar et El Watan ont été empêchés ce vendredi 3 juin de se rendre aux camps des réfugiés sahraouis à Tindouf pour assister aux funérailles de Mohamed Abdelaziz.

Lahcen Bourbia, chef du bureau d'El Khabar à Oran, ainsi que Rabah Beldjena, journaliste d'El Watan, ont confirmé au HuffPost Algérie que des agents qui portaient des badges du gouvernement leur ont interdit d'embarquer à bord de l'avion à destination de Tindouf, tandis que de nombreux journalistes ont pu prendre le même vol officiel pour aller couvrir les funérailles du chef du Polisario décédé le 31 mai.

Un troisième journaliste, travaillant pour la chaîne de télévision privée KBC qui fait partie du groupe El Khabar, a également été interdit d'embarquer.

"On m'a empêché d'embarquer et on m'a expliqué je dois prendre attache avec les services du premier ministère", a affirmé Rabah Beldjena.

"On nous a indiqué que nous n'étions pas accrédités, alors que nos noms ont été communiqués par l'ambassade sahraouie, comme d'habitude", a expliqué Lahcen Bourbia.

Contacté à maintes reprises, les services de la communication du premier ministère sont restés injoignables.

Selon d'autres sources, la direction de la communication du premier ministre n'a accrédité que cinq journaux francophones et quatre arabophones pour la couverture médiatique de l’événement. Les places à bord de l'avion officiel seraient limitées, dit-on de mêmes sources.

LIRE AUSSI: Mohamed Abdelaziz, président de la RASD, est mort

"Humiliation"

L'ambassade du Sahara Occidental à Alger organise régulièrement des visites de journalistes aux camps de réfugiés sahraouis à Tindouf et invitent des journalistes à y prendre part. La représentation diplomatique communique ensuite au gouvernement algérien la liste des journalistes accrédités.

Deux avions se sont envolés ce vendredi vers Tindouf. Le premier transportait le Premier ministre Abdelmalek Sellal, ses équipes ainsi que des journalistes de la presse public, alors que le deuxième vol était réservé à des responsables du Sahara Occidental ainsi qu'à la presse privée.

Lahcen Bourbia, qui affirme avoir accompli la procédure habituelle, a exprimé son incompréhension après avoir été empêché de couvrir les obsèques de Mohamed Abdelaziz.

"Je soutiens la cause sahraouie depuis longtemps. J'ai voulu être témoin de ce moment historique et en faire part aux lecteurs d'El Khabar", a-t-il regretté. "Ça fait beaucoup de mal, ils ont humilié les Algériens devant les responsables sahraouis", a-t-il ajouté.

Le journal El Khabar a souvent dénoncé des pressions du gouvernement à son égard, notamment de la part du ministre de la Communication Hamid Grine qui aurait demandé aux annonceurs privés de retirer leur publicité afin "d'étouffer" le quotidien.

Le même ministre a récemment contesté le rachat du groupe El Khabar par Cévital qu'il juge contraire à la loi. Hamid Grine a introduit une action en justice pour faire annuler l'opération.

LIRE AUSSI:
Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.