Huffpost Maroc mg

Casablanca Finance City se prépare à la COP22

Publication: Mis à jour:
IBRAHIMI
Saïd Ibrahimi, directeur général de CFC Authority. | D.R
Imprimer

CLIMAT - Comment mobiliser les acteurs économiques et financiers pour réussir la transition climatique? Telle est l’interrogation principale qui a animé le débat organisé ce jeudi 2 juin, au siège de Casablanca Finance City (CFC), à quelques mois de la 22e conférence annuelle (COP22) de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques, qui doit se tenir en novembre à Marrakech.

La COP22 est "une étape cruciale pour la transition climatique de l’agenda climatique international", a affirmé d’emblée Saïd Ibrahimi, le directeur général de CFC Authority.

"La COP21 était la COP de la décision, celle de Marrakech devrait être celle de l’action. Elle devrait permettre de concrétiser les orientations de la COP de Paris et entériner un nouveau régime de coopération global en la matière", a ajouté le responsable de la première place financière africaine.

L’Afrique a besoin du Maroc

"Le continent africain a besoin de pays comme le Maroc qui peuvent aider à faire la différence", a estimé de son coté Mark Hall, vice-président du Centre international pour le commerce et le développement durable (ICTSD) et membre du Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE).

Parmi les intervenants, figurait Teresa Ribera, directrice de l’Institut pour le développement durable et des relations internationales (IDDRI) et ancienne secrétaire d’Etat espagnole au changement climatique, ainsi que Pierre Ducret, conseiller climat du groupe Caisse des Dépôts et président de l’Institut pour l’économie du climat (I4CE) ont également participé au débat.

Khalid Safir, wali du Grand Casablanca et Karim Hajji, DG de la Bourse de Casablanca ont également répondu présents à l’invitation de CFC.

Le débat organisé ce jeudi s’inscrit dans le cadre de la tenue prochaine du Climate Finance Day, prévu le 4 novembre prochain. Sont attendus des investisseurs internationaux, des représentants d’organisations internationales et d’organismes multilatéraux, des membres de think tanks, ainsi que des acteurs associatifs engagés dans le développement durable.

LIRE AUSSI: