Huffpost Tunisie mg

Des supporters du Stade Tunisien demandent à l'ARP d'intervenir

Publication: Mis à jour:
STADE TUNISIEN
Facebook/Stade tunisien
Imprimer

Les clubs sportifs tunisiens n’ont pas tous besoin d’avoir à leur tête un politicien pour se mêler de la politique: alors que le Stade Tunisien traverse une mauvaise période – le club risque de se retrouver en deuxième ligue après les mauvais résultats obtenus au cours de cette saison – quelques-uns de ses supporters se sont rassemblés, mercredi 1er Juin, devant le Parlement pour contester les "injustices" que fait subir la Fédération tunisienne du football à leur équipe.

Une manifestation surréaliste où les manifestants demandent, clairement, au pouvoir législatif d’intervenir dans une affaire de football.

Selon le correspondant de Mosaïque FM, certains des protestataires ont été reçus et écoutés par quelques députés qui les représentent, dont notamment le député Mondher Belhaj Ali et Riadh Mouakher.

stade tunisien



Même son de cloche du côté d’El Qawafel Sportives de Gafsa (EGSG): suite à une décision de la Ligue de priver l'équipe de son public pour deux matchs, le président du club, Rabii Belkhouja, a menacé de se retirer du championnat tout en assurant que le public de l’EGSG étudie la possibilité d’observer une grève générale aujourd’hui dans la ville.



Football et politique: Un mélange détonant?

En Tunisie, et bien avant le 14 janvier, la politique et le sport ont toujours fait bon ménage.

Les quatre grandes équipes sportives du pays – à savoir l’Etoile Sportive du Sahel, l’Espérance Sportive de Tunis, le Club Africain et le Club sportif Sfaxien – ont toujours été mêlées, d’une manière ou d’une autre, à la sphère du pouvoir.

Au lendemain de la révolution, ce phénomène s’est multiplié et ce surtout au lendemain des élections de 2014: deux présidents de clubs sportifs se sont retrouvés impliqués, directement, dans la scène politique.

C’est le cas de Ridha Charfeddine, président de l’Etoile Sportive du Sahel (ESS) et député au sein de l’Assemblée des représentants du peuple au bloc du mouvement de Nidaa Tounes et Slim Riahi, président du Club Africain (CA) et de l’Union patriotique libre et ancien candidat à l’élection présidentielle de 2014.

Cette double casquette n’a pas toujours profité aux deux hommes qui ont commis bien de dérapages en perdant leur sang froid à cause des résultats de leurs équipes respectives.

Au lendemain d'une défaite contre l’ESS – dans le cadre du championnat national football– Slim Riahi s’est directement attaqué au ministre de la Jeunesse et des Sports, Maher Ben Dhia.

Bien qu’il ait été membre de l’UPL, Ben Dhia n’a pas du tout été épargné: le président du CA avait qualifié le ministre de "lâche" tout en assurant que son parti et lui-même feront tout pour que Ben Dhia soit éjecté de la formation d’Essid.

Ces déclarations ont amené le ministre en question à démissionner de l’UPL.

Depuis son élection au sein de l’ARP, Ridha Charfeddine s’est fait connaître pour son taux d’absentéisme exagéré.

Selon des chiffres publiés par l’organisation Al Bawsla, l’homme d’affaires avait, au mois d’avril dernier, 5% de taux de participation aux votes.

En octobre 2015, Ridha Charfeddine a subi une tentative d’assassinat: alors qu’il se rendait à son travail, dans la ville de Sousse, le député a été poursuivi par un véhicule qui lui a tiré dessus une trentaine de balles.

Quelques heures après cette tentative, plusieurs voix se sont élevées pour assurer que cette attaque aurait été effectuée par des mafias et non par des terroristes. Des mafias qui seraient liées au monde sportif.

Toutefois, le nom de Charfeddine est tellement lié à l’absentéisme que cela lui a valu un article ironique paru sur le journal satirique tunisien LerPesse.

Quelques semaines plus tard, et afin de donner un prétexte concret pour ses absences répétitives du Parlement, l’élu de Nidaa Tounes a ramené la coupe de la CAF – remportée par l’ESS en novembre 2015 – à l’ARP après l’avoir remise aux agents de la Garde présidentielle en hommage à ceux qui sont tombés en martyrs lors de l’attaque du boulevard Mohamed V.

Si elle ne date pas d'aujourd'hui, l'interférence de la politique dans le sportif, et réciproquement, peut être dommageable autant pour l'un que pour l'autre. L'affaire OM-VA en France et l'Affaire Moggi en Italie sont là pour nous le rappeler.

LIRE AUSSI: Tunisie: Des personnalités du football figurent sur les listes du parti Nida Tounes

Tunisie - Tentative d'assassinat contre le député Ridha Charfeddine: Les précisions du ministère de l'Intérieur

L'Étoile Sportive du Sahel remporte la Coupe de la Confédération Africaine de Football 2015 (VIDÉOS)

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.