Huffpost Maroc mg

Confier la déco de son bureau à des street artists, ça marche!

Publication: Mis à jour:
STREET ART FRESQUE
Jo Di Bona en plein collage dans la rédaction du HuffPost (Photo: Le HuffPost) | Le HuffPost
Imprimer

ART - "Notre rédaction ne ressemble plus à ça", pourrait-on titrer ce lundi. En effet, les nouveaux locaux du HuffPost France n'ont plus grand chose à voir avec le grand open-space froid et impersonnel que nous avions trouvé il y a quelques semaines lors de notre emménagement. Depuis que de talentueux artistes y ont réalisé deux fresques colorées, la rédaction respire.

Nous devons ce relooking à Bea Toa et Jo Di Bona. Ces deux street artists ont des styles bien distincts, mais ensemble, ils font partie de la "street family" du Family Drugstore. Créée par deux passionnés il y a un an, cette société propose de la customisation d'objets ou d'espaces en s'entourant de street artists.

Pour le lancement de leur offre de fresques, les fondateurs nous ont proposé une démonstration dans nos locaux. Une idée qui est tombée à point nommé puisque nous venons juste d'emménager dans de grands bureaux aux murs immaculés.

Des murs blancs et une bonne discussion

Lors d'un premier rendez-vous avec Family Drugstore, nous nous sommes assurés que toutes les conditions requises étaient réunies. Pour que les artistes puissent travailler dans notre rédaction, il fallait:
- Un ou plusieurs murs blancs (ça, c'était ok)
- Une surface dégagée (nous avons simplement dû pousser quelques tables et déplacer un extincteur)

Dans notre cas, il n'a pas été question d'argent, mais sachez que ce service fonctionne sur devis personnalisé. Le prix au mètre carré est fixé en fonction de la cote de l'artiste sur le marché de l'art. Comptez entre 300 et 1000 euros le mètres carré.

Pour les fresques en intérieur, les artistes ont l'habitude de choisir des teintes qui préservent la luminosité des pièces. Mais pour des bureaux, nous avons aussi veillé à ce que les couleurs n'agressent pas la rétine des salariés qui font face aux œuvres. Une discussion avec toute l'équipe a également été nécessaire pour respecter les goûts et les envies de chacun. Et avant de se lancer, il nous a fallu définir ensemble le message que nous voulions faire apparaître dès les murs de notre rédaction. Le débat aurait pu être houleux... mais l'univers des artistes collait à l'état d'esprit général et nous avons décidé de leur faire confiance. Et ce lundi, nous ne le regrettons pas...

Enfin, pour éviter que toute la rédaction ne soit contrainte de porter des masques, nous avons choisi d'inviter les artistes un samedi, lorsque la majeure partie de l'équipe ne travaille pas. Et nous avons bien sûr ouvert toutes les fenêtres pour éviter les maux de tête à ceux qui étaient présents.

Clark Kent et des collages

Le Jour J, Bea Toa est venue spécialement de Brighton en Angleterre pour travailler sur un grand mur visible par tous les membres de notre équipe. Adepte de "geek art", cette Arcachonnaise a livré sa vision du journalisme en travaillant autour du personnage de Superman (n'oublions pas que Clark Kent est journaliste).

Il a fallu près de 12 heures de travail à Bea Toa (sans compter la préparation du croquis et des pochoirs avant) pour venir à bout de cette fresque aux couleurs pastels. Il faut dire que les détails et petites blagues ne manquent pas...

De retour des États-Unis, Jo Di Bona nous a également offert une magnifique fresque que les visiteurs du HuffPost peuvent découvrir dès l'entrée de la rédaction. Cet adepte du graffiti a commencé par un lettrage complexe à l'aérosol. Puis il a travaillé à l'aide de pochoirs avant de passer au collage d'affiches, de logos (la touche corporate) et d'un gigantesque portrait de femme. Et comme si ça ne suffisait pas, Jo Di Bona s'est ensuite amusé à déchirer ses collages pour faire vivre sa fresque. Les différentes couches donnent l'impression que ce mur a vécu des dizaines d'années dans la rue avant d’atterrir dans nos bureaux.

Nos lecteurs et les membres de la rédaction ont pu suivre la réalisation des fresques en direct sur Facebook ce week-end. Et leurs commentaires et publications sur les réseaux sociaux sont sans doute la meilleure preuve de la réussite de cette opération inédite dans notre rédaction.


Close
Les fresques de la rédac' en images
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

LIRE AUSSI: Jidar, le festival de street-art, orne Rabat de mille couleurs (PHOTOS)