Huffpost Maroc mg

Le Maroc accélère le développement de son industrie gazière

Publication: Mis à jour:
INDUSTRIE GAZ
Le Maroc accélère le développement de son industrie gazière | TISSOT industrie
Imprimer

GAZ - Le Maroc a, à plusieurs reprises, affirmé vouloir développer son industrie gazière. Aujourd’hui, cette volonté est en passe de se concrétiser. Selon le journal Le Matin, le projet de Code gazier, longtemps en gestation, est à présent prêt. Il ne reste plus qu’à le soumettre au secrétariat général du gouvernement pour qu’il soit introduit dans le circuit d’adoption.

Le texte, élaboré par le ministère de l’Énergie et des mines, de l’eau et de l’environnement, en concertation avec les opérateurs nationaux concernés, a pour objectif de mettre en place le cadre législatif nécessaire au lancement de la composante "Gas to Industry", correspondant à la deuxième phase du Plan national de développement du gaz naturel liquéfié (GNL).

Cette partie du projet concerne en effet le développement de l’utilisation du gaz naturel dans l’industrie, à travers notamment la construction d’infrastructures de distribution. L’objectif principal est d’assurer l’approvisionnement des consommateurs industriels, y compris ceux opérant dans le raffinage et les phosphates.

Plusieurs sociétés intéressées

Le plan gazier marocain suscite en tout cas l’engouement de nombreuses sociétés "de tous les horizons". Selon le ministre Abdelkader Amara, actuellement en Espagne pour renforcer le partenariat maroco-espagnol dans les énergies propres, plusieurs ont déjà manifesté leur intérêt au royaume.

"La filière de gaz naturel a connu un tournant historique au Maroc avec le lancement, en décembre 2014, de la feuille de route pour la mise en œuvre du Plan national de développement de l’utilisation du gaz naturel, dont la principale composante pour le moment est le gaz naturel liquéfié (GNL)", a-t-il relevé lors de son intervention la semaine dernière à Rabat, lors d’un séminaire organisé par l’OCP Policy Center et l’International Affairs Institute (IAI).

Pour rappel, la première partie du projet marocain, baptisée "Gas to power", entend répondre aux besoins en capacité additionnelle de production d’électricité. C’est l'Office national de l'électricité et de l’eau potable (ONEE) qui a été chargée du déploiement de cette phase.

Les besoins du Maroc en gaz sont, eux, estimés à 5milliards m3, dont 3,5 milliards m3 pour la production d’électricité à l’horizon 2025.

LIRE AUSSI:
Close
Les 6 mauvais coups de 2015 dans l’industrie automobile
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée