Huffpost Maroc mg

Les services de sécurité espagnols alertent sur le risque terroriste au nord du Maroc

Publication: Mis à jour:
ARRESTATION TCHADIEN
Les services de sécurité espagnols alertent sur le risque terroriste au nord du Maroc | Medi1tv
Imprimer

TERRORISME - Deux semaines après l'arrestation, à Tanger, d'un jihadiste tchadien recruté par Daech pour encadrer des cellules terroristes au Maroc, l'Espagne lance l'alerte.

Selon les forces de sécurité et les analystes du ministère espagnol de la Défense, le nord du Maroc, et notamment les zones de forte présence espagnole comme les enclaves de Ceuta et Melilla, connaissent une hausse du nombre de cellules terroristes liées à Daech.

"La préoccupation des responsables de la sécurité nationale concerne (...) la partie septentrionale du Maroc près du détroit de Gibraltar, et a un nom, Jund al-Khilafa, la franchise locale de Daech dont l'action était circonscrite jusqu'ici à l'Algérie, mais qui a étendu ces derniers mois ses tentacules dans le royaume alaouite", note le quotidien espagnol DiarioSur qui cite des documents des services sécuritaires espagnols.

"Les services anti-terroristes espagnols sont convaincus que les partisans de Jund al-Khilafa sont encore actifs dans cette zone en proie à des intérêts espagnols. Selon eux, au moins trois militants de la cellule démantelée (à Tanger, ndlr), probablement algériens, sont toujours en liberté".

Selon le think tank espagnol AICS, spécialiste en matière de sécurité et de renseignement, la ville de Saïdia, destination de vacances des ressortissants espagnols de Melilla, serait ainsi un point de passage des membres de Jund al-Khilafa. Les infrastructures touristiques et les plages de Tanger seraient par ailleurs les cibles privilégiées des cellules terroristes du nord du Maroc.

"Même si le Maroc a jusqu'à présent réussi à neutraliser toutes les récentes tentatives d'empiéter sur son territoire, des militants de Jund al-Khilafa effectuent des missions de surveillance et d'acquisition d'objectifs à l'intérieur du Maroc", indique encore le quotidien, qui cite un rapport d'AICS.

La menace serait particulièrement grande à la veille du mois de ramadan, période qui, en 2015, avait connu une série d'attaques terroristes au Moyen-Orient, ordonnées par Daech.

LIRE AUSSI:
Close
Qu'est-ce que l'Etat islamique?
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée