Huffpost Maroc mg

500.000 MRE concernés par l'opération de régularisation fiscale, selon l'Office des changes

Publication: Mis à jour:
MRE
DR
Imprimer

RÉGULARISATION - Plus de 500.000 personnes sont concernées par l'opération de régularisation de la situation des marocains résidant à l’étranger (MRE) devenus résidents fiscaux au Maroc et n’ayant pas déclaré leurs avoirs et liquidités détenus à l’étranger, a indiqué le directeur de l'Office des changes Hassan Boulaknadal.

Dans un entretien accordé au quotidien l'Economiste, et publié dans l'édition du lundi 30 mai du journal, Hassan Boulknadel a rappelé que "cette opération, qui prendra fin le 19 octobre 2016, permettra à cette population de pouvoir régulariser la situation des avoirs et liquidités détenus à l’étranger après le retour fiscal au Maroc et bénéficier d’une convertibilité totale pour les avoirs déclarés", et permettra aux MRE de bénéficier d’un "régime favorable en termes de détention et de jouissance des biens déclarés", a relevé le directeur .

"Les personnes qui n'auront pas saisi cette opportunité unique demeureront, tout simplement, en situation irrégulière et se verront appliquer les peines et sanctions prévues par la loi", prévient le responsable.

Flexibilité du régime des changes: une réforme stratégique

En ce qui concerne la flexibilité du régime de change, Boulaknadal a souligné que la réforme de ce taux est un projet stratégique national dans lequel tous les intervenants (autorités monétaires, banques, opérateurs…) doivent être impliqués afin de le réussir et tirer bénéfice de cette transition. "La question de la flexibilité du taux de change est un chantier piloté par les autorités en charge de la politique monétaire, à savoir le ministère de l’Économie et des finances et la Banque centrale auxquels l'Office des changes est pleinement associé", a-t-il précisé.

Les travaux sont entamés entre ces trois acteurs en préparation des réunions à tenir avec les experts internationaux et les mesures qui seront prises en termes de degré d'ouverture et de calendrier seront arrêtées et communiquées en temps et en heure par les autorités monétaires, a assuré M. Boulaknadal.

Contribution libératoire: l'anonymat, clé du succès

Revenant sur le sujet de la contribution libératoire, le responsable de l'Office des changes a estimé que l'anonymat des déclarations a été la clé du succès de cette mesure. "C’est un élément garanti par la loi et à aucun moment, les intermédiaires agréés n’ont été sollicités par l’Office des changes pour divulguer des informations concernant les déclarants à la contribution libératoire", a-t-il noté.

LIRE AUSSI: