Huffpost Tunisie mg

Avec l'association Djerba Insolite, des jeunes veulent promouvoir le tourisme alternatif, écologique et culturel de l'île de Djerba

Publication: Mis à jour:
DJERBA INSOLITE
Association Djerba Insolite/Facebook
Imprimer

Sur l'île de Djerba, loin des immenses piscines des hôtels de la zone touristique, l'association Djerba Insolite composée de jeunes ne dépassant pas les 30 ans, travaille à la promotion d'un tourisme différent: alternatif, écologique et culturel.

Le défi de ces jeunes? Faire sortir les touristes confinés dans les hôtels pour leur faire découvrir une autre facette de l'île.

"Il y a un seul produit touristique pour l'instant, il est offert par les hôtels. L'association veut diversifier l'offre en proposant un service complet, qui va de l'hébergement dans des hôtels de charme aux visites", explique Mohamed Bayouli, président de l'association Djerba Insolite au HuffPost Tunisie.

Un projet entre amis

Au départ, l'envie de développer une nouvelle dynamique à Djerba est née d'un mémoire de fin d'études qui s'est par la suite matérialisé en un projet entre amis, pour devenir officiellement une association en juillet 2014.

Mohamed Bayouli confie que les membres de Djerba Insolite ont des cursus différents: "on vient de tous les domaines, des études de design aux études de lettres. C'est une véritable force, ça nous permet d'élargir notre champ de vision".

Des quelques amis qui ont initié le projet, ils sont désormais plus de 35 jeunes, lycéens et étudiants confondus: "Au début, certains parents avaient du mal à comprendre ce que nous faisions, ils pensaient que les réunions étaient une occasion pour leurs enfants de sortir de la maison. Maintenant, c'est ces mêmes parents qui veulent rejoindre l'association".

L'harassante bureaucratie des administrations tunisiennes

Le travail à but non lucratif a confronté les membres de l'association à une réalité amère, celle des papiers sans fins qu'exige l'administration publique lors de l'organisation d'évènements.

Quand ils veulent organiser un évènement dans un monument historique, les va-et viens incessants lassent: "la dernière chose qu'ils nous ont sorti? On devait fournir une autorisation écrite de la protection civile stipulant que tout futur incident serait sous leur responsabilité", raconte Mohamed Bayouli.

Finalement, ils n'accèderont pas au monument.

"La bureaucratie tunisienne pourrait être une raison suffisante pour tout plaquer, mais on essaye de faire preuve de patience parce qu'on veut que notre île aille de l'avant", dit le président de l'association.

Selon Mohamed Bayouli, un autre problème s'est également posé à leur début: "personne ne nous prenait au sérieux. Quand on se déplaçait dans une administration, on entendait des messes-basses, des 'froukhs' (gamins). Encourager la jeunesse en Tunisie n'est qu'un slogan, dans les faits il n'en est rien".

Remettre au goût du jour la culture de Djerba

Travailler avec les artisans et parler avec eux de leur travail, découvrir l'héritage culinaire de l'île, les habits traditionnels, parcourir des régions de l'île en vélo, etc, l'association veut aller "pêcher" les touristes dans les hôtels.

"Il faut aller chercher les touristes, leur proposer quelque chose de différent. Djerba peut proposer un tourisme écologique assez intéressant", dit Mohamed Bayouli.

Leur prochain projet? Séduire les touristes dès leur arrivée à l'aéroport de Djerba avec une exposition photos des lieux insolites et à découvrir à Djerba. Les membres de l'association veulent également s'attaquer aux métiers artisanaux avec le projet "Arti'sans secours", "on reprend le concept du Ted X, des artisans parleront de leurs métiers et transmettront leur passion aux plus jeunes, on l'espère."

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.