Huffpost Algeria mg

Plus de 800.000 candidats au BAC: des sujets abordables et des mesures strictes contre la fraude, promet Benghebrit

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Plus de 818.000 candidats se sont présentés ce dimanche matin aux examens du BAC à travers toute l'Algérie. Une promotion marquée par le durcissement des mesures contre la fraude suite à la fuite de sujets durant les examens du BEM la semaine dernière. La ministre de l'Education Nouria Benghebrit promet néanmoins des sujets abordables, appelant le candidat au calme et à la confiance en soi.

La ministre de l'Education nationale, Nouria Benghebrit, donnera à partir de Tlemcen le coup d'envoi pour cet examen national qui se déroulera jusqu'au 2 juin prochain dans 2.561 centres qui seront supervisés par 160.000 enseignants.

Selon l'Office national des examens et concours (ONEC), 818.518 candidats sont inscrits à la session 2016 soit une augmentation de 19,73 % par rapport à l'année précédente, sous l'encadrement de 223.210 enseignants et surveillants.

549.593 candidats scolarisés tandis que 268.925 autre sont libres, soit un taux de 30% du chiffre global.

Les filles représentent un taux 67% du total des candidats et celui des détenus dans les établissements pénitentiaires est de 3.257.

Prévue du 9 au 29 juin prochain, la correction sera confiée quant à elle, à 55.000 enseignants alors que les résultats ne seront connus que vers la fin juin et début juillet.

bac

Les sujets du BAC à la portée de l'élève moyen

La ministre de l'Education nationale, Nouria Benghebrit, a affirmé récemment avoir donné des instructions aux enseignants et inspecteurs chargés de l'élaboration des sujets du BAC de prendre le niveau moyen comme "une référence" lors de la préparation des questions afin qu'elles soient à la portée de l'élève moyen".

Pour éviter que des erreurs ne glissent dans les sujets, elle a rappelé la création de deux commissions au niveau de l'ONEC chargées d'améliorer les contenus et d'éviter les erreurs comme c'était le cas l'année dernière, précisant que chacune des deux commissions travaillait distinctement.

Elle a appelé cependant, le candidat au calme et à la confiance en soi afin de pouvoir se concentrer et donner les bonnes réponses.

Elle a indiqué que deux sujets ont été retenus pour chaque matière, faisant remarquer que l'ouverture des enveloppes d'examens était prévue à 8h30 au lieu de 8h afin d'accorder trente minutes supplémentaires aux candidats retardataires.

"Une fois les portes fermées, il ne sera autorisé à aucune personne d'entrer dans les classes et ce, dans le cadre de "la lutte contre la fraude", a-t-elle poursuivi.

D'autre part, Mme Benghebrit a souligné que les cartes d'identité biométriques des candidats au BAC, utilisées pour la première fois cette année, étaient prêtes à 100% dans certaines wilayas, imputant le retard accusé dans certaines communes à la délivrance et non à la fabrication.

Toutefois, elle a rassuré les élèves n'ayant pu obtenir leurs cartes biométriques de se présenter munis de leur carte d'identité ordinaire.

Des mesures strictes pour lutter contre la fraude

Le ministère de l'Education nationale a arrêté des mesures strictes pour lutter contre la fraude au BAC.

Ainsi, une commission interministérielle composée de représentants des secteurs de l’éducation, des technologies de l'information et de la communication (TIC), de la justice et des organes de la sûreté a été instituée pour définir les moyens de lutte contre la fraude durant les examens officiels notamment le baccalauréat.

Selon la chaîne de télévision Dzaïr TV, la connexion au réseau 3G sera aussi bloquée durant les premières heures des examens.

Mme Benghebrit a relevé que son département ministériel "détient aujourd'hui des services capables de détecter toute tentative de fraude et ce à travers le travail de la commission qui veillera à échanger de manière instantanée, les informations".

Pour ce qui est des sanctions, elle a ajouté qu'elles seront "sévères" allant d'une exclusion de cinq années pour les scolarisés et à dix années pour les candidats libres.

Tout candidat en possession d'un téléphone portable est considéré comme une tentative de fraude", a-t-elle martelé.

Pour faire face à ce phénomène, le ministère de l'Education nationale a interdit l'introduction de téléphones portables dans les classes tant pour les élèves que pour les encadreurs en l'occurrence les enseignants, surveillants et agents administratifs) des cycles moyen et secondaire.

Elle a estimé à ce propos, que la question des fuites était "une pratique immorale voire une menace pour l'avenir des générations futures", ajoutant enfin qu'une enquête sera ouverte pour déterminer les responsables des fuites de leur publication sur la toile.

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.