Huffpost Algeria mg

Brésil: un suspect du viol collectif à Rio libéré après audition

Publication: Mis à jour:
A43EBA2E3D124ACEC5F74E19F7DFC858C3051982
AFP
Imprimer

L'un des suspects d'un viol collectif d'une adolescente de 16 ans dans une favela de la zone ouest de Rio a été libéré après avoir été entendu samedi, quelques heures après son arrestation, selon la presse brésilienne.

Selon la direction de la police militaire, le suspect - dont l'identité n'a pas été révélée - a été conduit au poste pour être interrogé tandis que 70 policiers menaient une opération dans la favela Sao José Operario (zone ouest) pour tenter d'identifier les auteurs du crime qui a choqué le pays.

Le suspect a été libéré en fin de journée faute de preuves, selon le quotidien O Estado de Sao Paulo, alors qu'il n'y a pas d'autre suspect arrêté pour l'heure. Vendredi, la police civile avait déjà entendu puis relâché trois suspects présumés.

Au début de l'opération à Sao José Operario, une fusillade s'est produite, sans faire de blessés. La police a saisi trois voitures volées et des drogues.

Le viol de cette adolescente mercredi "par 33 hommes armés" selon ses affirmations à la police, qui a été posté sur les réseaux sociaux, a suscité vendredi une vague d'indignation dans le pays.

"Ceux qui ont commis ce crime atroce seront trouvés, emprisonnés et condamnés", a promis vendredi soir le ministre de la Justice, Alexandre de Morais, lors d'une conférence de presse à Rio.

"Nous enquêtons pour savoir si elle était consentante, si elle était droguée et si les faits se sont réellement passés", a déclaré le commissaire Alessandro Thiers, chargé de l'affaire.

L'avocate de l'adolescente, Eloisa Samy Santiago, a demandé le remplacement immédiat de celui-ci, soulignant que le commissaire avait même demandé à l'adolescente "si elle avait l'habitude de participer à des orgies", selon le site G1 de Globo samedi.

De nombreuses manifestations ont eu lieu vendredi soir à Rio et Sao Paulo pour soutenir la jeune fille.

"Mon corps n'est pas à toi" ou "J'aime les décolletés mais ce n'est pas une invitation au viol", pouvait-on lire sur les pancartes des centaines de manifestants.

La vidéo était apparue mercredi sur les réseaux sociaux, sur le compte d'un certain "Michel", accompagnée du message: "Ils ont ravagé la fille, vous voyez ce qu'on veut dire ou pas ? Ha ha ha".

Dans ce petit film tourné avec un téléphone portable, on voit une jeune fille allongée sur un lit, manifestement inconsciente, les parties intimes exposées et saignantes.

"Elle a été engrossée par plus de trente mecs !", dit une voix masculine. "T'as compris ou pas ? Plus de trente !", ajoute-t-il en riant.

Cette jeune fille de 16 ans, présentée par la presse brésilienne comme une toxicomane et mère d'un enfant de trois ans, a, selon sa famille, été victime le week-end dernier de l'acte de vengeance d'un ex-petit ami, qui l'aurait attirée dans un traquenard, droguée et violée, puis donnée en pâture à une trentaine d'autres hommes.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.