Huffpost Algeria mg

Le pétrole dépasse 50 dollars à l'ouverture à New York

Publication: Mis à jour:
OIL
A worker checks the valves at Al-Sheiba oil refinery in the southern Iraq city of Basra, January 26, 2016. REUTERS/Essam Al-Sudani/File Photo | Essam Al Sudani / Reuters
Imprimer

Les cours pétroliers ont ouvert en hausse jeudi à New York, évoluant brièvement à plus de 50 dollars le baril pour la première fois depuis octobre, dans un marché qui gardait son élan face aux signes d'un rééquilibrage, notamment aux Etats-Unis.

Vers 13H05 GMT, le cours du baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en juillet gagnait 38 cents à 49,93 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

Dans les premières minutes d'échanges, le cours du WTI a brièvement dépassé 50 dollars le baril pour la première fois depuis l'automne, et suivait ainsi l'exemple de son homologue européen, le Brent, qui avait franchi ce cap la veille au soir.

"En forme pendant tout le mois de mai, les cours ont trouvé encore plus d'élan depuis mercredi après un rapport plus favorable que d'habitude sur l'état hebdomadaire de l'offre américaine", a mis en avant James Williams, de WTRG Economics.

Le Département de l'Energie (DoE) a fait part d'un déclin de plus de 4 millions de barils de stocks américains de brut, alors que les analystes ne s'attendaient qu'à une baisse moins marquée.

"On s'attendait au déclin des stocks, parce que c'est ce qu'ils font à cette période de l'année", a reconnu M. Williams, pour qui le plus important était une nouvelle baisse de la production américaine.

"Si on regarde la différence par rapport à la même époque de l'an dernier, c'est un écart de quelque 800.000 barils par jour (bj) de moins", a-t-il souligné.

Ces bons signes venus des Etats-Unis sont la principale lueur d'espoir depuis deux mois sur un marché qui est toujours confronté à une production élevée, en premier lieu au sein de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep).

"Désormais, la réunion de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) le 2 juin sera le principal facteur de risque à court terme alors que les marchés sont impatients de savoir si un accord sur un potentiel gel de la production verra le jour", a prévenu Hussein Sayed de FXTM.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.