Huffpost Maroc mg

Le Maroc lance une stratégie pour la parité dans la fonction publique

Publication: Mis à jour:
MOUBDII
Mohamed Moubdii, ministre délégué chargé de la Fonction publique et de la modernisation de l'administration | DR
Imprimer

PARITÉ - Le Maroc veut instaurer l’égalité des sexes dans la fonction publique. Une nouvelle stratégie a été lancée dans ce sens, mercredi, par Mohamed Moubdii, ministre délégué chargé de la Fonction publique et de la modernisation de l'administration.

Principal objectif: améliorer la situation de la femme dans les rangs de la fonction publique à travers l’intégration effective du principe d’égalité. Cette stratégie contribuera, selon le ministre, à la consécration de l’approche genre dans l’administration et globalement, à la mise en œuvre du principe de l’égalité entre les sexes.

Pour Moubdii, elle permettra surtout à la femme d’accéder plus facilement aux hautes fonctions et aux postes de responsabilité.

2 volets et 3 axes

L’institutionnalisation de l’égalité des sexes comporte deux volets distincts. Le premier concerne les politiques, les programmes et les projets, confiés à l'administration publique en général, tandis que le second est dédié à la prise en considération du genre social dans les structures de la fonction publique et la culture y régnant, a fait savoir le ministre.

Cette stratégie se base par ailleurs sur trois axes. Le premier comprend 3 projets et 6 actions visant à créer des unités et mécanismes au ministère de la Fonction publique spécialisés dans le domaine du genre.

Le deuxième axe table, à travers 4 actions et 34 mesures, sur l’insertion du principe d’égalité des sexes dans le système juridique, notamment en matière de gestions des ressources humaines et des compétences. Pour ce qui est du troisième, il consiste en la consécration de l’égalité des sexes dans les pratiques, les comportements et la culture de l’administration, a ajouté Moubdii.

Le ministre n’a pas donné plus de précisions sur les modalités de mise en oeuvre de cette stratégie. En tout cas, elle devrait sans doute contribuer à améliorer la situation des femmes dans le milieu professionnel.

De l'évolution, mais pas assez

Dans son dernier projet de rapport, discuté en avril dernier, le Conseil économique social et environnemental (CESE) s’inquiétait de l’évolution de la situation des femmes marocaines. Celle-ci "n'évolue pas de manière satisfaisante, et même régresse dans certains domaines", estimait alors le CESE. Un constat qui rejoint également les conclusions du Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) qui a publié en octobre dernier, un rapport sur l’état de l’égalité et de la parité au Maroc.

Un projet de loi portant sur la création d’une Autorité pour la parité et la lutte contre toutes formes de discrimination (APALD) tarde, par ailleurs, à se concrétiser.

LIRE AUSSI: