Huffpost Algeria mg

Les investissements de Sonatrach dépasseront 73 milliards de dollars d'ici 2020

Publication: Mis à jour:
SONATRACH
A general view of the headquarters building of Algerian state energy company Sonatrach in Algiers, Algeria, February 8, 2015. After a deep slide in oil prices, Algeria's state energy company Sonatrach is shifting strategy to offer foreign companies direct negotiations over 20 oil and gas fields in a bid to draw in wary investors and increase output. Picture taken February 8, 2015. REUTERS/Ramzi Boudina EDITORIAL USE ONLY. NO RESALES. NO ARCHIVE | Stringer . / Reuters
Imprimer

La compagnie nationale des hydrocarbures Sonatrach devrait investir plus de 73 milliards de dollars entre 2016 et 2020, dont les deux tiers dans l’exploration-production, a indiqué ce mardi à Alger le ministre de l'Energie, Salah Khebri.

Une décision qui, selon le même responsable relayé par l'APS, "dénote la volonté de l’Algérie de maintenir la production nécessaire pour satisfaire la demande nationale en constante croissance".

Les réalisations de l’Algérie en matière d’hydrocarbures ont nécessité des investissements de grande ampleur dont les montants cumulés, entre 2000 et 2015, avaient atteint les 100 milliards de dollars consentis par Sonatrach et ses partenaires, a-t-il rajouté.

La capacité installée des exportations gazières de l’Algérie a été portée à près de 90 milliards m3/an dont plus de 50 milliards m3/an via les trois gazoducs dédiés à l’Europe, tandis que le reste est formé de GNL, selon lui.

L’Algérie a fourni au total plus de 1.500 milliards m3 sous forme de GNL et par gazoducs, a-t-il précisé.

La production des hydrocarbures a par ailleurs atteint près de 200 millions de TEP en 2015 et devrait reprendre progressivement sa croissance dès 2016 pour atteindre 241 millions TEP en 2020, a fait savoir le ministre.

A moyen terme, a-t-il avancé, il est escompté que la production primaire d’hydrocarbures renoue avec la croissance à partir de 2016 pour atteindre 241 millions TEP en 2020 grâce à la mise en exploitation de nouveaux gisements et à l’amélioration du taux de récupération des gisements existants.

Quant à l’électricité, dont le taux de couverture a atteint 98%, M. Khebri a avancé que d’ici à 2030, la demande sur l’électricité devrait tripler à 150 terawatts/heure alors que la consommation du gaz naturel devrait plus que doubler, de même que celle des produits pétroliers.

Dans son intervention, le ministre a appelé les investisseurs algériens et européens à tirer profit de ce forum pour nouer des contrats d’investissements dans le sens d’un partenariat stratégique Algérie-UE.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.