Huffpost Algeria mg

Les classiques du cinéma algérien retracés dans"Cinéma algérien, des films et des hommages"

Publication: Mis à jour:
FILM1365334_1280
Pixabay
Imprimer

"Cinéma algérien, des films et des hommages", le nouvel ouvrage du journaliste Abdelkrim Tazarourte paru récemment aux éditions Rafar retrace les premières œuvres ayant marqué le cinéma algérien après l'indépendance du pays et ses grandes figures.

Scindé en deux parties, l'ouvrage de 237 pages porte un regard rétrospectif sur les classiques du cinéma algérien, à travers ses acteurs et ses cinéastes, algériens et étrangers.

Dans la première partie, l'ouvrage met en lumière les classiques tels que "Bataille d'Alger"(1966) de Gillo Pontecorvo, l'un des premiers films sur la guerre de libération, "L'opium et le bâton" (1969) d'Ahmed Rachedi, "Le vent des Aurès"(1966) , "Chronique des années de braise" (1975) et "Hassan Terro"(1967) de Mohamed Lakhdar Hamina.

Illustré de photos, affiches et accompagné de synopsis, l'auteur propose une présentation succincte des films qui ont marqué à la fois le cinéma et les cinéphiles algériens.

L'auteur suscite, ainsi, chez le lecteur un sentiment de nostalgie et le désir de revoir ces œuvres cinématographiques lui rappelant les années fastes du 7è art algérien.

D'autres films réalisés plus tard tels que "Le Clandestin (1991) de Benamar Bakhti, "La montagne de Baya "(1997) d'Azzedine Medour," Mascarades" (2008) de Lyes Salem ainsi que des productions plus récentes dont" Ben Boulaid (2008) d'Ahmed Rachedi et "Le puits" (2015) de Lotfi Bouchouchi font partie de cette filmographie.

Dans la seconde partie, Abdelkrim Tazarourte brosse des portraits, concis et vifs, dédiés à des cinéastes et comédiens qui ont marqué par leurs talents le cinéma et le théâtre en Algérie.

L'icône Aicha Djouri, plus connue sous le nom artistique de Keltoum, qui s'est illustrée dans "Le Vent des Aurès", Rouiched, Sid Ali Kouiret, Rachid Farès ou encore le cinéaste anticolonialiste français René Vautier sont les autres figures évoqués par l'auteur

.

S'appuyant sur leur parcours artistiques, Tazarourte décrit ces artistes dans leurs traits singuliers, révélateurs de leur personnalité, souvent méconnue du public.

Truffés d'anecdotes, le livre révèle des témoignages authentiques et des faits concrets de ces artistes que l'auteur a côtoyés en tant que journaliste et critique de cinéma.

Dans un langage journalistique accessible, "Cinéma algérien, des films et des hommages" rend hommage à une époque qui a vu naître un cinéma "militant" distingué, outre ses acteurs, par l'"audace de sa thématique".

Journaliste et critique de cinéma, Abdelkrim Tazarourte est l'auteur de quatre ouvrages dont "Guerouabi ou le triomphe du chaâbi" (2008), un Beau-livre consacré au grand maître du chaâbi, El-Hachemi Guerouabi et "Lamari, le ténor de la Casbah"(2012).

Scénariste, auteur de trois documentaires, ce sexagénaire originaire de Béjaïa a fait partie des jury de plusieurs festivals de cinéma en Algérie.

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.

À lire aussi sur le HuffPost Maghreb

Close
Les 10 films maghrébins de l'année 2015
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction