Huffpost Maroc mg

Le concert patriotique de Myriam Fares au festival Mawazine (PHOTOS)

Publication: Mis à jour:
Imprimer

LIVE - Il est 22 heures lorsque l'essentiel du public s'est rassemblé devant la scène Ennahda. Dimanche 22 mai, après avoir reçu Diana Haddad et Melhem Barakat, la scène orientale du festival Mawazine accueillait la Libanaise Myriam Fares.

Les premières notes du concert annoncent le ton. Myriam Fares fait son apparition en robe blanche immaculée et entonne "Nidae Sawt El Hassan", chanson emblématique de la Marche verte. Quelques minutes plus tard, elle reçoit le drapeau marocain de la part d'une technicienne et l'enroule autour de ses épaules. Le public est ravi et chante en chœur l'hymne patriotique.

"Je me suis attachée à ce pays, sa terre et son peuple depuis la première fois que j'ai mis les pieds ici", confie-t-elle à son public. La star dit "espérer que le Liban apprenne du Maroc un jour", en faisant référence à "la stabilité du royaume et à la paix qui y règne".

Après cette intro efficace, place aux tubes. Myriam Fares enchaîne les chansons avec une maitrise vocale déconcertante. Si elle est souvent taxée de "bimbo" dans les médias, la chanteuse libanaise a également une voix puissante qui se révèle entièrement sur scène.

"Kifak Enta", "Waheshni Eh" ou encore "Khalani", Myriam Fares chante dans plusieurs dialectes issus du monde arabe des titres qui témoignent de la diversité de son répertoire. "Avec mon orchestre, nous aimons chanter dans plusieurs styles musicaux et rendre hommage à plusieurs cultures", glissera-t-elle plus tard.

Mais ce soir, le concert sera un hommage au Maroc ou ne sera pas. C'est ainsi que l'interprète de "Mashi Brahtak" poursuit avec une chanson khaliji en hommage au Maroc, où elle vante la beauté des villes du royaume, avant d'enchaîner sur "Eih Elly Byehsal".

Tant attendue, "Tlah" arrive juste avant la première pause du concert. La chanson en darija, où la Libanaise jette sans regret son conjoint, ravive l'énergie du public. Une énergie qui arrivera à son apogée lorsqu'une troupe gnaoua rejoint Myriam Fares sur scène afin d'assurer la fin de la chanson ainsi que l'interlude. La chanteuse en profite pour disparaitre quelques minutes afin de changer de robe.

Il est 23 heures passée et le concert est loin d'être terminé, car Myriam Fares a encore des tubes dans son sac. Elle enchaîne sur une balade mélancolique et des titres khaliji avant de reprendre "Alach Ya Ghzali" de Fathallah Lamghari. Le public est conquis.

Bilan: Myriam Fares a donné un concert sans faute, n'oubliant pas d'assurer une bonne interaction avec son public, de qui elle a même appris de nouveaux pas de danse.

  • Wahid Tajani
  • Wahid Tajani
  • Wahid Tajani
  • Wahid Tajani
  • Wahid Tajani
  • Wahid Tajani
  • Wahid Tajani
  • Wahid Tajani
  • Wahid Tajani
LIRE AUSSI:

Suggérer une correction