Huffpost Algeria mg

Zika: résultat de l'abandon des politiques anti-moustiques

Publication: Mis à jour:
DIRECTRICE OMS
La directrice générale de l'Organisation mondiale de la santé Margaret Chan intervient lors de l'Assemblée mondiale de la santé à Genève, le 23 mai 2016 | AFP
Imprimer

L'épidémie de Zika en Amérique latine est le résultat de l'abandon des politiques anti-moustiques dans les années 1970, a affirmé lundi la directrice générale de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

"Par-dessus tout, la propagation de Zika, la résurgence de la dengue et la menace émergente du chikungunya sont le résultat de la politique désastreuse des années 1970 conduisant à l'abandon du contrôle des moustiques", a déclaré Mme Margaret Chan, à l'ouverture de l'assemblée mondiale de la santé à Genève.

L'épidémie de Zika a révélé l'"incapacité" de certains pays affectés "à proposer un accès universel aux services de planning familial", a-t-elle également dit, soulignant que "l'Amérique latine et les Caraïbes ont la plus forte proportion de grossesses non désirées dans le monde entier".

Le Zika, la dengue et le chikungunya sont trois maladies transmises par le moustique de type Aedes aegypti.

L'épidémie de Zika, un virus transmis par le moustique Aedes aegypti ou lors de relations sexuelles, s'est elle déclarée en Amérique latine en 2015 et s'est rapidement étendue dans la région.

Le Brésil est le pays le plus touché par l'épidémie, avec 1,5 million de personnes contaminées et quelque 1.300 cas de microcéphalie (malformation de la boîte crânienne). Dans le plus grand pays catholique du monde, l'épidémie a rouvert le débat sur l'avortement, possible uniquement en cas de viol, quand la vie de la mère est en danger ou dans le cas de foetus acéphales (sans cerveau).

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.