Huffpost Algeria mg

Pourquoi l'étoile KIC 8462852 affole scientifiques et fans d'extraterrestres

Publication: Mis à jour:
KIC 8462852
Nasa
Imprimer

Si vous vous intéressez un petit peu à l'espace, vous avez certainement entendu parler de KIC 8462852. Cette mystérieuse étoile a affolé scientifiques et fans d'extraterrestres en octobre dernier: un énorme objet semblait passer devant régulièrement, couvrant un cinquième de la surface gigantesque de ce soleil.

Mais un tel objet était trop gros pour être expliqué avec nos connaissances actuelles. Il n'en fallait pas plus à certains pour penser que l'on avait affaire à une construction artificielle géante d'une espèce extraterrestre, même si la théorie la plus "probable" évoquait plutôt un gigantesque et anormal vol de comètes. Depuis, plusieurs études contradictoires ont depuis 7 mois été publiées sur le sujet, et le mystère reste entier.

A tel point que l'équipe à l'origine de la découverte a lancé une demande de financement participatif sur Kickstarter, le 19 mai, afin de pouvoir observer plus en détail KIC 8462852, aussi appelée étoile de Tabby, du nom de la chercheuse Tabetha Boyajian, auteure principale du premier article sur le sujet. Les scientifiques réclament 100 000 dollars et ont déjà récolté en 24 heures plus de 13 000 dollars de la part de près de 300 contributeurs.

Pourquoi cette étoile fascine tant et que sait-on exactement à son sujet? Le HuffPost fait le point sur le point le plus mystérieux de notre ciel.

Chasseurs de planètes et extraterrestres

En septembre 2015, des chercheurs de plusieurs universités américaines et européennes publient une étude consacrée à KIC 8462852. Cette étoile, située à quelque 1500 années-lumière de la Terre, a été observée pendant près de 1600 jours par Kepler. Le télescope de la Nasa, lancé en 2009, est celui qui nous a permis d'identifier des milliers de planètes en dehors du système solaire.

Son fonctionnement est assez simple: il scrute les étoiles et note les creux dans l'intensité lumineuse. Ceux-ci sont donc censés représenter le passage de planètes qui cachent une partie du soleil. Mais une toute petite partie seulement. Sauf qu'avec KIC 8462852, les données repérées par un groupe de chasseurs de planètes bénévoles, sont improbables. 20% de la lumière est bloquée à deux reprises pendant les plus de quatre ans d'observations. A titre de comparaison, le passage de Jupiter, la plus grosse planète de notre système solaire, ne cacherait que 1% de cette étoile.

Les chercheurs ont imaginé plusieurs explications à cet étrange phénomène: poussière stellaire, collision gigantesque entre deux corps... Mais aucune ne colle parfaitement. La plus probable, selon eux: qu'une énorme nuée de comètes géantes serait passée devant l'étoile et l'aurait caché en partie. Mais un mois après, James Wright, un astronome de l'Université d'État de Pennsylvanie imagine une autre hypothèse. Et si l'objet qui obscurcit l'étoile de Tabby était une structure artificielle? "Les extraterrestres doivent toujours être la dernière hypothèse à considérer, mais cela ressemble à quelque chose que l'on peut attendre de la part d'une civilisation alien", expliquait-il à The Atlantic.

C'est également une théorie envisagée par le SETI, l'organisme américain chargé de scruter le ciel à la recherche d'un signe de vie extraterrestre. Cette "mégastructure" pourrait ainsi être un assemblage gigantesque de panneaux solaires, qui capteraient l'énergie de l'étoile pour les besoins d'une civilisation très avancée. La "sphère" (ou plutôt l'essaim) de Dyson commence à faire rêver des milliers de personnes. Cette théorie élaborée il y a plus de 50 ans par le physicien Freeman Dyson, imagine une "mégastructure" englobant une étoile, ou bien un essaim de plus petites (mais toujours géantes) structures gravitant autour de celle-ci, dans le but d'exploiter l'énergie d'un soleil.

kic 8462852

Polémique en queue de comète

Evidemment, le fantasme de la découverte d'une civilisation extraterrestre a suffi à ce que l'étoile de Tabby soit au centre de l'attention pendant des semaines. Mais pour la communauté scientifique, l'hypothèse alien ne peut être envisagée avant d'avoir évacué toutes les hypothèses naturelles possibles et imaginables. Et la plus probable d'entre elles est clairement la nuée de comètes.

Justement, le 24 novembre, la Nasa a rajouté sa pierre à l'édifice. Des scientifiques de l'université d'Iowa ont analysé les rayons infrarouges reçus de cette partie de l'univers. Mais n'ont rien trouvé de spécial. Ce qui invalide des théories évoquant des collisions de corps gigantesques et favorise encore plus celle de "comètes froides".

Celles-ci pourraient être sur une orbite très excentrée et mettre énormément de temps à faire le tour de l'étoile. La plus grosse, très grande, serait passée devant l'étoile en 2011 et aurait été captée par Kepler. Puis, en 2013, le reste de la famille aurait obscurci KIC 8462852.

Mais en janvier, l'hypothèse des comètes est-elle aussi mise en échec par Bradley Schaefer, un astrophysicien de l'université de Lousiane. Le chercheur a voulu voir comment se comportait l'étoile avant que Kepler ne jette un oeil dessus. Il a alors regardé de vieilles plaques photographiques de l'université d'Harvard remontant à 1890.

Dans un article publié le 13 janvier dans une revue scientifique, il explique que la luminosité de l'étoile a baissé de 16% depuis un siècle. Ainsi, comme le rappelle Popsci, si 36 comètes géantes suffisaient pour expliquer le phénomène observé ces dernières années, il en faudrait 648 000 pour expliquer une baisse sur un siècle de la luminosité de l'étoile de Tabby.

Les Aliens ont du plomb dans l'aile

Adieu comètes? Pas si vite! Depuis cette affirmation, d'autres chercheurs se sont penchés sur ces enregistrements de l'étoile vieux d'un siècle. Et en mai, l'astronome Michael Hippke publie une autre étude dans une revue scientifique. Il y affirme que Schaefer s'est trompé. Selon lui, la baisse de luminosité observée sur un siècle est due à l'évolution des différents télescopes et appareils photo utilisés au fil des années.

Une explication qui n'a pas du tout convaincu Bradley Schaefer. "J'ai entendu de bonne source qu'un autre groupe a trouvé un estompement de l'étoile de Tabby avec d'autres données. Le problème avec l'article de Hippke, c'est qu'il a inclus des étoiles et des mesures qu'aucune personne expérimentée n'aurait utilisées", affirme-t-il à Earthsky le 14 mai.

Il faudra attendre d'autres recherches pour savoir qui a raison. Mais si les comètes sont hors de cause, la thèse extraterrestre est-elle pour autant réaliste? Pas pour Bradley Schaefer, qui estime que même une civilisation extrêmement avancée ne pourrait pas construire une structure aussi énorme en un siècle. Depuis le début de cette affaire, les nouvelles ne sont pas très bonnes pour les ufologues, à vrai dire. Le 22 octobre, le SETI américain pointait ses télescopes vers l'étoile de Tabby pour voir si un signal radio émis dans notre direction pouvait être entendu.

Las, le 10 décembre, l'organisme annonçait avoir fait chou blanc. Mais ces télescopes traquent uniquement certaines ondes radio, qui plus est dirigées vers la Terre. Les scientifiques du SETI n'ont donc pas dit leur dernier mot et devraient, dans les mois à venir, utiliser un autre télescope, beaucoup plus puissant, pour scanner 1,5 milliard de fréquences radio, rapporte Popsci.

kic 8462852

Le prochain affaiblissement

Continuer à regarder l'étoile de Tabby, c'est la seule solution qui reste pour comprendre ce mystère. C'est pour cela que Tabetha Boyajian a lancé sa campagne sur Kickstarter. Car les télescopes sont rares et les places chères et partagées entre des centaines de chercheurs. L'Observatoire privé de Las Cumbres a offert à l'équipe de recherche à l'origine de la découverte 200 heures gratuites pour scruter KIC 8462852, mais le temps sera écoulé à la fin de l'été.

Or, les chercheurs veulent surveiller l'étoile tous les jours pour savoir en temps réel si l'obscurcissement recommence. "Quand la lumière de l'étoile faiblira une nouvelle fois, nous utiliserons des télescopes partout dans le monde pour l'analyser selon plusieurs longueurs d'ondes", expliquait le 12 mai James Wright, le premier à avoir émis l'hypothèse extraterrestre, à
The Atlantic
.

Ainsi, si l'affaiblissement de l'étoile se voit plus sur le spectre ultraviolet que sur celui de l'infrarouge, "on saura que des poussières sont à blâmer", explique-t-il. A l'inverse, "si l'on voit le schéma classique de gaz de comètes, cela nous aidera à confirmer l'hypothèse de la comète". Et si toutes les longueurs d'ondes changent en même temps? Alors il faudra trouver une autre explication que celles déjà envisagées, naturelle, ou artificielle.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.

À lire aussi sur le HuffPost Maghreb

Close
Quelques images de la compétition du "Meilleur photographe d'astronomie de l'année
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction