Huffpost Maroc mg

Rokia Traoré à Mawazine: Un air malien souffle sur le Bouregreg (PHOTOS)

Publication: Mis à jour:
Imprimer

CONCERT - Lever de rideau remarqué sur la scène africaine du Bouregreg ce vendredi 20 mai. La voix puissante de Rokia Traoré a trouvé un écho favorable auprès des quelques milliers de spectateurs rassemblés au bord du fleuve de Rabat pour la soirée d'ouverture de la 15e édition du Festival Mawazine.

La chanteuse malienne de 42 ans, qui a produit six albums dont le dernier, "Né so" ("Chez soi") est sorti au début de cette année, a envoûté le public, timide au départ mais qui n'a pas tardé à danser sur les rythmes chauds de Bamako mêlés aux riffs des guitares électriques. Car si la musique de Rokia Traoré est résolument ancrée dans la tradition malienne, elle n'en est pas moins tournée vers la modernité, prenant des accents rock et blues enivrants.

Vêtue d'une tunique brodée et d'un saroual "made in Rabat", comme elle l'a précisé, la chanteuse et guitariste a profité de son concert pour livrer quelques leçons de vie. Comme avec sa chanson "One world, one destiny, one aim, one thing to never forget: respect" ("un monde, une destinée, un but, une chose à ne jamais oublier: le respect), scandée à plusieurs reprises, ou encore "Zen, ô je suis zen/ Que le temps passe/ Que les heures s'enchaînent/ Moi jour après jour/ Je m'offrirai le plaisir/ De ne rien faire".

La chanteuse, qui a récemment été nommée par l'ONU ambassadrice de bonne volonté auprès des réfugiés, a dédié une de ses chansons aux réfugiés de tous les pays. Un peu plus tôt dans la journée, elle s'était rendue au sein de l'association Orient Occident à Rabat, où elle avait rencontré des femmes migrantes et réfugiées.

  • Anaïs Lefébure/HuffPost Maroc
  • Anaïs Lefébure/HuffPost Maroc
  • Anaïs Lefébure/HuffPost Maroc
  • Anaïs Lefébure/HuffPost Maroc
  • Anaïs Lefébure/HuffPost Maroc
  • Anaïs Lefébure/HuffPost Maroc
  • Anaïs Lefébure/HuffPost Maroc
  • Anaïs Lefébure/HuffPost Maroc
  • Anaïs Lefébure/HuffPost Maroc
  • Anaïs Lefébure/HuffPost Maroc

LIRE AUSSI: Mon Afrique n'est pas celle des maîtres du "Je" (BLOG par Rokia Traoré)

Suggérer une correction