Huffpost Algeria mg

Les imams interdits de pratiquer la Roqia dans les mosquées et écoles coraniques

Publication: Mis à jour:
ALGERIA MOSQUE
Photo d'archive | Louafi Larbi / Reuters
Imprimer

Le ministre des Affaires religieuses et des wakfs, Mohamed Aissa, a affirmé jeudi à Alger que les imams et leurs auxiliaires sont interdits de pratiquer la Roqia dans les mosquées et écoles coraniques, soulignant qu'il ne s'agit nullement "d'une profession" et qu'elle "ne sera pas homologuée".

M. Aissa qui répondait à une question du membre de l'Assemblée populaire nationale (APN), Mohamed Eddaoui, sur le recours croissant de larges franges de la société au traitement par la Roqia, a indiqué que son département "interdit fermement aux imams de pratiquer la Roqia dans les mosquées et écoles coraniques", admettant toutefois que cette pratique gagne de plus en plus de terrain au sein de la société algérienne, voire la société arabo-musulmane".

LIRE AUSSI: Un député islamiste veut faire reconnaître la "maladie de l'atteinte par le djinn et la sorcellerie"

Il a rappelé dans ce sens le communiqué publié par le ministère à ce sujet en 2003 et renouvelé en 2015, définissant "la Roqia et les conditions de celui qui la pratique" et précisant "qu'elle n'est pas une profession et ne pourrait jamais l'être".

M. Aissa a rappelé également la campagne de sensibilisation qui a suivi la publication de ce communiqué notamment à travers les médias pour sensibiliser la société.

Le ministre a rappelé la définition religieuse de la Roqia, indiquant qu'il s'agit d'un "douâa" (prière) récitée par le malade dans le cas où il ne guérissait pas, ajoutant que seuls "les désespérés et le faibles" y ont recours.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.

Egalement sur HuffPost Algérie:

Close
Les plus belles mosquées d'Algérie
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction