Huffpost Algeria mg

Nigeria: une deuxième lycéenne enlevée par Boko Haram récupérée par les militaires

Publication: Mis à jour:
CHIBOK GIRL
Reuters TV / Reuters
Imprimer

Une deuxième lycéenne de Chibok, enlevée il y a plus de deux ans par le groupe islamiste Boko Haram, a été récupérée par les militaires au cours d'une opération, a annoncé jeudi soir l'armée nigériane.

Selon le porte-parole de l'armée, le colonel Sani Usman, la jeune fille se trouvait parmi 97 femmes et enfants libérés jeudi lors d'une opération conjointe de l'armée et des miliciens à 11h (10h00 GMT) aux alentours de Damboa, dans l'Etat de Borno (nord-est).

Parmi ceux secourus, on pense qu'il y a une des jeunes filles du lycée public pour filles de Chibok, qui avait été enlevée le 14 avril 2014 par les terroristes de Boko Haram, a-t-il poursuivi.

Son nom est Serah Luka, elle est au numéro 157 de la liste des filles enlevées. On pense qu'il s'agit de la fille du pasteur Luka, a ajouté M. Usman.

La jeune fille, originaire de Madagali, dans l'Etat voisin d'Adamawa, n'avait été scolarisée à Chibok que deux mois avant d'être enlevée, dit le texte.

Parmi les 276 jeunes filles enlevées cette nuit-là, elles étaient nombreuses à être venues d'autres villes pour passer leurs examens, leur propre lycée ayant fermé à cause de l'insurrection islamiste.

Cinquante-sept d'entre elles avaient réussi à s'échapper dans les heures suivant leur rapt par le groupe islamiste. Ce kidnapping sans précédent avait provoqué une vague d'indignation au Nigeria et dans le monde entier.

Une première jeune fille, parmi les 219 toujours manquantes, a été récupérée par des miliciens et des militaires mardi dans la forêt de Sambisa, un des bastions de Boko Haram, toujours dans le nord-est.

Amina Ali, cette première jeune fille découverte, a été emmenée à Abuja, la capitale, jeudi, pour y être reçue par le président Muhammadu Buhari avec sa mère.

M. Buhari a considéré que la découverte d'Amina Ali offrait de nouveaux espoirs, et une opportunité unique en termes d'informations vitales sur les autres otages.

Selon des responsables locaux, Amina Ali, aujourd'hui âgée de 19 ans, a affirmé à sa famille, lors de brèves retrouvailles dans son village natal de Mbalala, près de Chibok, que la plupart des autres victimes se trouvaient toujours dans la forêt de Sambisa, mais que six d'entre elles sont déjà mortes.

Selon M. Usman, Serah Luka reçoit actuellement des soins médicaux dans l'unité médicale du camps Abogo Largema de Biu, dans l'Etat de Borno.

LIRE AUSSI: Nigeria: une des "filles de Chibok" retrouvée dans une zone contrôlée par Boko Haram

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.