Huffpost Tunisie mg

Le ministre des Affaires étrangères tunisien appelle à l'aide de la communauté internationale sur le Washington Times

Publication: Mis à jour:
JHINAOUI
ASSOCIATED PRESS
Imprimer

Pour le ministre tunisien des Affaires Étrangères, Khemaies Jhinaoui, le modèle de transition démocratique tunisien doit être transposé à la Libye.

C'est du moins ce qui ressort d'un billet publié par le chef de la diplomatie tunisienne dans les colonnes du Washington Times, sous le titre: "L'intérêt de la Tunisie passe par une Libye viable", au sein duquel il justifie la position de la diplomatie tunisienne vis à vis du dossier libyen.

Appliquer à la Libye le modèle tunisien

Pour le ministre des Affaires étrangères, la mise en place d'un gouvernement national viable est une bonne nouvelle, justifiant "l'approche de la Tunisie pour régler les différends par le biais de compromis et de négociations" a t-il indiqué rappelant qu'en Tunisie "les élections libres de 2014 sont venues seulement après qu'un dialogue inclusif entre les différents acteurs politiques ait créé un climat de paix civile et de coexistence dans le pays".

"Aujourd'hui, la stabilité chez nos voisins Libyens ne peut que servir l'intérêt national de la Tunisie. Voilà pourquoi nous n'avons ménagé aucun effort pour combler les différences entre les protagonistes libyens. À cette fin, nous avons constamment élargi notre soutien aux initiatives des Nations-Unies et aux efforts du Premier ministre désigné Fayez Sarraj. C'était l'essentiel du message que le Premier ministre tunisien Habib Essid et moi-même avons porté à Tripoli plus tôt ce mois-ci." a affirmé Khemaies Jhinaoui

Un appel à l'aide internationale

En conclusion de son billet, le ministre des Affaires étrangères affirme que "pendant que nous apprécions l'aide que nous avons reçue de nos amis, nous pensons que la portée du soutien devrait être plus en rapport avec les défis et le fait que la Tunisie est un modèle pour d'autres sociétés qui luttent dans le Moyen-Orient et Afrique du Nord."

"Améliorer notre sécurité n'est pas un luxe"

Ces défis sont le volet sécuritaire, les réformes économiques, la reprise du tourisme.

Revenant sur le volet sécuritaire Khemaies Jhinaoui affirme que malgré toutes les attaques, les terroristes ont échoué "à déstabiliser la Tunisie, à démolir son économie et la couper du reste du monde" indiquant que le gouvernement tunisien a "soigneusement revu et renforcé les efforts de lutte contre le terrorisme".

"Améliorer notre sécurité n'est pas un luxe. Il est une nécessité pour protéger notre jeune démocratie." a affirmé le ministre des Affaires étrangères

Mais en plus de la situation sécuritaire, le chef de la diplomatie tunisienne a en outre rappelé un défi de taille: "générer la reprise économique".

Pour ce faire, le ministre évoque "de nouvelles règles de gouvernance qui consacrent la transparence et l'équité entre les citoyens" ainsi qu' "un ensemble d'initiatives législatives visant à promouvoir un environnement plus favorable aux entreprises et à l'investissement afin d'accélérer la croissance et réduire le chômage."

Revenant sur la crise du tourisme, Khemaies Jhinaoui appelle les gouvernements étrangers "à revoir leurs avis aux voyageurs concernant la Tunisie à la lumière des améliorations tangibles de notre situation sécuritaire", rappelant au passage qu'un demi million de Tunisiens dépendent du tourisme pour subsister.

Pour atteindre ces objectifs, le chef de la diplomatie appelle à "des initiatives exceptionnelles de la communauté internationale pour stimuler la croissance et le développement dont notre économie - et de notre peuple - a besoin", osant la comparaison avec l'aide apportée aux ex-pays soviétiques après la chute de l'URSS et affirmant souhaiter: "le même genre d'initiatives prise par le monde qui s'est engagé à renforcer les économies des pays d'Europe de l'est après la chute de l'Union soviétique", a t-il indiqué avant de conclure: "Investir dans l'expérience démocratique unique de la Tunisie produira des dividendes à tous".

LIRE AUSSI:
Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.