Huffpost Tunisie mg

Tunisie-Libye: Malgré un accord signé, le trafic commercial n'a toujours pas repris à la frontière

Publication: Mis à jour:
RAS JEDIR
Photo d'illustration | AFP/Getty Images
Imprimer

La reprise du trafic de marchandises à la frontière entre la Tunisie et la Libye n'était toujours pas effective lundi en fin d'après-midi, en dépit de l'accord signé vendredi entre les différentes parties, a constaté un correspondant de l'AFP.

Cet accord, qui prévoit l'instauration d'un nouveau régime douanier, doit mettre fin à la paralysie, depuis plus de deux semaines, du trafic commercial au poste-frontière de Ras Jedir à l'initiative des autorités locales libyennes.

Après avoir permis une pleine reprise du trafic passagers samedi, il devait entrer en vigueur lundi pour les marchandises. En fin d'après-midi, aucun camion n'avait toutefois pu franchir la frontière dans le sens Libye-Tunisie, du fait d'un blocage côté libyen, selon un correspondant de l'AFP sur place.

Seuls le "petit commerce" avait partiellement repris.

Interrogé par l'AFP, le président d'une "association d'amitié tuniso-libyenne", Mongi Mansouri, basé à Ben Guerdane, a de son côté confirmé l'existence de difficultés.

"Nous sommes en contact permanent avec nos voisins libyens et le problème des commerçants tunisiens empêchés de passer avec des marchandises va être résolu" prochainement, a-t-il assuré.

Le sud-est de la Tunisie vit essentiellement du trafic transfrontalier, y compris de contrebande, et sa paralysie a entraîné de vives protestations la semaine passée dans la ville de Ben Guerdane, où une grève générale a été observée.

Outre l'instauration d'un nouveau régime douanier, l'accord signé vendredi soir par les autorités des deux pays prévoit la mise en place d'une "commission mixte de suivi", dans le but d'éviter de nouvelles tensions.

La Tunisie et la Libye partagent quelque 500 km de frontière, essentiellement désertique. La zone est sous haute surveillance sécuritaire du fait du chaos qui règne en Libye, et de l'expansion du groupe Etat islamique (EI) dans ce pays.

LIRE:
Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.