Huffpost Algeria mg

La chanson algérienne savourée à Londres dans toute sa diversité

Publication: Mis à jour:
CONCERT ANDALOU
Archives
Imprimer

Des chanteurs algériens ont animé samedi à Londres une soirée artistique durant laquelle ils ont gratifié des membres de la communauté algérienne d'un programme musical aussi riche que diversifié en genres, mêlant Chaabi, Hawzi, Rai, Kabyle et chanson algéroise.

Durant plus de quatre heures, Nadia Benyoucef, Réda Rudy, Abdelhamid El Bahi et cheb Nassim ont réussi à captiver les algériens de Londres, qui sont venus presque tous en famille, en leur présentant de grands titres puisés dans le répertoire musical algérien dans toute sa richesse.

La soirée a commencé avec un répertoire Chaabi, qu'El Bahi a ouvert avec "ya habibi ya Mohammed", suivi de plusieurs titres à succès de ce genre musical.

Avec des youyous, les femmes ont créé une ambiance festive semblable à celle des fêtes traditionnelles du "bled", avec un brin de nostalgie.

El Bahi qui vit à Londres depuis 12 années, est considéré comme "l'ambassadeur de la chanson Chaabi" au Royaume Uni. Des membres de la communauté algérienne ont souligné à l'APS qu'en l'écoutant chanter, c'est toute la partie de leur vie passée en Algérie qui revient.

Riad Rudy, a quant à lui, fait redécouvrir les plus beaux succès de la chanson kabyle, en interprétant des anciens chefs d’œuvres du Cheikh El Hasnaoui, Slimane Azem, Cherifa, Idir, Djamel Allam, Maatoub Lounes, et certaines de ses propres chansons, telle que "tamourthiw" (mon pays), que le public a accueilli avec des applaudissements.

Cheb Nassim était, de loin, la vedette de la soirée. Il a réussi à faire vibrer la scène et toute la salle avec des chansons Rai.

Connu et adulé par la communauté algérienne de Londres ou il vit depuis 23 ans, Cheb Nassim, n'a toutefois pas coupé les ponts avec son pays natal, puisqu'il a participé durant 8 ans consécutives au festival du Rai en Algérie.

L'entrée en scène de la diva de la chanson algéroise, Nadia Benyoucef, vêtue d'une tenue traditionnelle de couleurs vives, a été applaudie chaleureusement.

Elle était la seule artiste de la soirée à se déplacer de l'Algérie pour se produire à Londres, pour la deuxième fois, après un premier concert il y a 20 ans.

"C'est toujours un réconfort moral pour moi de retrouver la communauté algérienne à l'étranger, à qui l'Algérie manque. C'est aussi un grand plaisir de chanter à un public passionné de sa culture et de sa musique", a-t-elle dit.

Nadia Benyoucef, qui a intégré le monde de la chanson en 1973 alors qu'elle n'avait que 15 ans, a effectivement réjoui le public avec sa belle et puissante voix, en interprétant des chants religieux, du Hawzi et quelques "chansonnettes algéroises", comme elle aime les appeler.

Le public présent a émis le vœux de voir ce genre de soirées se répéter plus souvent, car elles lui permettait de revivre des émotions ressenties en Algérie, avant de quitter le pays et s'installer au Royaume Uni.

Certaines personnes présentes à la soirée ont regretté le peu d'activités culturelles algériennes à Londres.

A leur bonheur, un autre concert tout aussi varié, est prévu le 22 mai à Londres, avec les chanteurs Cheb Nassim, Stati, Moussa Maher, Fatteh Jouadi et Hicham Masrar.

Le 2 juin, l'icône de la chanson arabo-andalouse, la chanteuse algérienne, Beihdja Rahal, se produira également à Londres, invitée en association avec l'ambassade d'Algérie au Royaume Uni.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.