Huffpost Maroc mg

Le taux de mortalité résultant des piqûres de scorpions a été réduit de 10 fois au Maroc

Publication: Mis à jour:
Imprimer

SANTÉ - Le taux de mortalité à cause des piqûres des scorpions est passé de 1,5 à 0,2% ces dernières années. C'est le ministre de la Santé Houcine El Ouardi qui a annoncé ces chiffres lors du lancement de la campagne nationale de lutte contre les envenimations, vendredi 13 mai à Marrakech.

Le Centre national anti-poison et de pharmacovigilance enregistre quelque 30.000 cas de piqûres de scorpions par an au niveau national. Un fait plus fréquent dans le milieu rural, a précisé Houcine El Ouardi.

Une stratégie pour parvenir à "0 décès"

Le ministère de la Santé souhaite réduire encore plus les cas de décès suite aux piqûres de scorpions. Dans ce cadre, une stratégie "basée sur la légalisation et l'unification de la prise en charge des malades, la formation des cadres médicaux et paramédicaux et l'octroi aux services médicaux de médicaments, ainsi que la mise en place d'un programme de sensibilisation et d'éducation sanitaire" a été adoptée, selon le ministre de la Santé.

Les axes de cette stratégie se pencheront également sur "l’utilisation des insecticides, l’unification de la méthodologie de prise en charge des piqûres scorpions et les morsures des serpents et la mise en place d’un système informatique pour accompagner le développement des différents indicateurs de la maladie", a précisé la directrice du Centre national anti-poison et de pharmacovigilance, Rachida Soulaymani Bencheikh.

De son côté, le directeur régional de la santé à Marrakech-Safi, Khalid Zenjjari, a présenté l’état des lieux de ce fléau dans la région, précisant que Marrakech et ses alentours connaissent les plus forts taux de cas des piqûres scorpions au niveau national. 8.000 cas y sont constatés annuellement, notamment dans les provinces des Rhamna, Kelaât des Sraghna, Essaouira et Chichaoua.

Close
Les scorpions du Maghreb
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée