Huffpost Maroc mg

L'artiste Tino Sehgal à Marrakech, un nouveau regard sur la "halqa"

Publication: Mis à jour:
TINO SEHGAL
L'artiste Tino Sehgal à Marrakech, un nouveau regard sur la "halqa" | DR
Imprimer

TRADITION - Le public de la place Jemaa el-Fna est invité, à partir de ce vendredi 13 mai, à vivre une expérience unique, à la fois ancestrale et contemporaine. Marrakech accueille en effet Tino Sehgal, un artiste chorégraphe et plasticien britannique qui se produit dans les plus grands musées du monde.

Il propose actuellement au public marrakchi de vivre une oeuvre inédite développée spécialement pour l'occasion. Sur une idée de Mouna Mekouar, commissaire d’exposition, ce projet se déploie au BAM (ancienne Bank-Al Maghrib), monument historique situé aux abords de la place Jemaa el-Fna.

Tino Sehgal y présente des séquences chorégraphiées qui sont interprétées par des danseurs, mettant en perspective son travail avec les pratiques ancestrales présentées sur la place historique de Marrakech.

Après des études de danse et d’économie politique, Tino Sehgal, né à Londres en 1976, a développé un travail artistique qui consiste en la création de situations qui incitent à un échange avec le public. Ces situations ont pour matériau la voix, le langage, le mouvement, sans production d’objets matériels.

Son travail a été consacré par la Biennale de Venise en 2013 où il a reçu le prix Lion d’or de Venise. Il a par ailleurs été invité dans les plus célèbres institutions telles que le Guggenheim museum à New-York, la Tate Modern à Londres et le Stedelijk museum à Amsterdam.

A Marrakech, le projet de Tino Sehgal, selon le principe de la "halqa", invite le public à vivre des sensations qui sont au plus près des impulsions de la mythique place de la ville ocre. Il s’agit aussi d’une invitation à passer un moment autour d’un monument - BAM - et d’une place - Jemaa el-Fna - qui favorisent le partage et l’échange. Les artistes sont quotidiennement présents du 13 mai au 5 juin 2016, sauf les lundis.

LIRE AUSSI:

À lire aussi sur le HuffPost Maghreb

Close
Marrakech d'autrefois
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction