Huffpost Maroc mg

L'Allemagne vote pour faire passer le Maroc sur sa liste des "pays sûrs"

Publication: Mis à jour:
BUNDESRAT
L'Allemagne vote pour faire passer le Maroc sur sa liste des "pays sûrs" | wikimedia
Imprimer

IMMIGRATION - La mesure avait déjà évoquée il y a quelques mois, elle est désormais en passe de se concrétiser. Le Maroc, ainsi que l'Algérie et la Tunisie, devraient bientôt officiellement être reconnus comme des "pays sûrs" par l'Allemagne.

Cette décision de changer le statut du royaume avait été prise au lendemain des agressions du nouvel an à Cologne, dans lesquelles plusieurs Marocains étaient impliqués. L'annonce avait été faite suite à un entretien téléphonique entre la chancelière allemande Angela Merkel et le roi Mohammed VI.

Ce vendredi, les 424 députés du Parlement allemand, le Bundestag, se sont réunis afin de s'exprimer sur cette mesure comme l'annonce le quotidien allemand Der Spiegel. Sur l'ensemble des votants, 143 ont voté non tandis que 3 se sont abstenus. Les votes défavorables viennent majoritairement des partis de gauche.

Avant de rentrer en application, la loi doit encore être approuvée par le Bundesrat, le conseil fédéral allemand. Une fois passée, la loi permettra à l'Allemagne de renvoyer plus facilement vers leur pays d'origine les migrants maghrébins clandestins, même si les cas continueront d'être "étudiés au cas par cas", affirme-t-on du côté du gouvernement allemand.

"Ils viennent pour des raisons qui ne sont pas liées à l'asile"

Dans une déclaration aux députés, le ministre de l'Intérieur allemand Thomas de Maiziere a expliqué que les immigrés issus du Maghreb ne venaient pas en Allemagne "pour des raisons liées à l'asile" mais parce que "les conditions de vies y sont meilleures que dans leur pays".

Du côté de l'opposition, Andrej Hunko parle d'un "vendredi noir" pour l'asile. Les membres de l'opposition affirment que d'autres facteurs sont à prendre en compte pour justifier l'asile des personnes venant du Maghreb tels que l'homophobie, la liberté des femmes ou encore la persécution politique.

LIRE AUSSI:
Close
12 mois, 12 destinations au Maroc
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée