Huffpost Algeria mg

M. Lamamra a qualifié de "malheureux" les propos de l'ambassadeur de France en Algérie, Bernard Emié

Publication: Mis à jour:
LAMAMRA
Algeria's Foreign Minister Ramtane Lamamra attends a joint news conference with Saudi Foreign Minister Saud Al-Faisal in Riyadh, April 15, 2014. REUTERS/Faisal Al Nasser (SAUDI ARABIA - Tags: POLITICS) | FAISAL NASSER / Reuters
Imprimer

Ramtane Lamamra, ministre d'Etat et des Affaires étrangères, a qualifié ce jeudi 12 mai les déclarations de l'ambassadeur de France en Algérie, Bernard Emié, à propos de la délivrance des visas aux Algériens, de "malheureux".

L’ambassadeur français a indiqué ce mardi à Tizi Ouzou que 60% des visas délivrés par son ambassade sont octroyés aux habitants des wilayas de la Kabylie. Il a également rajouté que 50 % des étudiants algériens en France sont issus de cette même région.

M. Lamamra a estimé que les propos de M. Emié sont "malheureux". Dans une déclaration à la presse, le ministre de la Coopération internationale a déclaré que "si des propos sont de nature à soulever des questions de ce genre, à susciter des commentaires, des interrogations, des perceptions différentes et antagonistes, cela signifie que les propos en question ont été certainement malheureux".

Il a rajouté que la précision avancée par Bernard Emié représente une "moins-value" pour le métier de diplomate, dont les exigences sont de "favoriser, en toutes circonstances, les propos qui rassemblent et non pas ceux qui divisent".

"En diplomatie, qui est notre métier, on ne doit pas faire de discrimination entre les citoyens du pays auprès duquel on est accrédité, a-t-il rajouté. Encore une fois, le rôle principal du diplomate, accrédité auprès du chef de l'Etat, est d'ouvrir des ponts, promouvoir les échanges et les relations d'amitié et de coopération".

A une question sur les déclarations de l'ancien président français, Nicolas Sarkozy sur l'Algérie qui représenterait, selon ses dires, un "danger pour le sud de l'Europe suite à l'effondrement des prix du pétrole", M. Lamamra a estimé que "l'intérêt manifesté à travers des clichés et des descriptions caricaturales par la personnalité que vous avez mentionné à l'égard de l'Algérie est sujet à interrogation".

"Comme ce n'est pas la première fois que cette personnalité fait ce genre de commentaire à l'endroit de l'Algérie, on peut véritablement considérer qu'il s'agit d'un récidiviste", a-t-il dit, estimant que "les récidivistes ne s'améliorent pas en se répétant".

"Je ne pense pas que l'opinion publique algérienne devrait accorder de l'importance à ce genre de propos malvenus", a encore souligné M. Lamamra.

LIRE AUSSI: Le p'tit Sarko, si vulgaire et si peu instruit, s'inquiète de l'avenir de l'Algérie

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.