Huffpost Tunisie mg

Peindre le quotidien tunisien par le verbe: La leçon d'éloquence de Ghada Thimech à la télévision qatarie

Publication: Mis à jour:
Imprimer

PORTRAIT - Vous n'avez certainement pas échappé à la déferlante Ghada Thimech sur les réseaux sociaux, lors d'une plaidoirie émouvante dans le cadre d'une émission diffusée sur la première chaine qatarie intitulée "Fassa7a" ("éloquence").

Le but de l'émission? Faire sublimer la langue arabe. "Le Qatar adopte toute une stratégie, pour la réanimation de la langue arabe, et cette émission reflète en quelque sorte cette vision" affirme Ghada Thimech, la finaliste tunisienne de l'émission au HuffPost Tunisie.

C'est d'ailleurs cette optique qui a donné l'envie à Ghada d'y participer: "Pour les participants et pour moi personnellement, c'est une opportunité pour s'exprimer en arabe, montrer toute cette passion et ce grand amour de la langue arabe." déclare t-elle avant d'ajouter: "C'est une occasion pour prouver que notre langue est immortelle, elle peut être moderne. Elle évolue bien évidemment , comme toute autre langue afin de résister et persister".

Ce concours d'éloquence, cette jeune femme de 26 ans et diplômée en ingénierie pétrolière s'y est retrouvée un petit peu par hasard: "Ma participation était purement hasardeuse, mais j'ai pu profiter profondément de chaque moment passé au sein du programme, avec nos coachs, et toute l'équipe production" affirme t-elle au HuffPost Tunisie.

Pourtant de par son expérience dans le milieu associatif mais aussi d'autres expériences de tels concours, elle arrive en final de l'émission: C'est grâce à sa "persévérance" et son "sérieux" qu'elle arrive en final.

"J'ai commencé a avoir de l'expérience, et je pense sérieusement à m'investir pour réaliser un projet durable, en parallèle avec ma carrière d'ingénieur" déclare t-elle avant d'ajouter: "ce genre d'événements m'a beaucoup aidée pour me retrouver, pour savoir qui je suis."


Être la seule femme d'Afrique du Nord de la compétition et parvenir à arriver en final face à 38 concurrents, Ghada en est fière: "Ce qui me rend de plus en plus forte c'est que je porte un message noble. Je défends ma région et ma Tunisie en premier lieu." indique t-elle.

Dans ces plaidoiries, Ghada raconte sa Tunisie, la décrit. Ses mots sont poignants, son phrasé tranchant. Le quotidien y est peint et dépeint: De la place de la femme aux conditions sociales, de la politique au terrorisme, tout y est.

"Dans tout ce que je fais et raconte, mon point de départ est le vécu, je ne suis pas nouvelliste. Je ne créé pas d'histoires, je décris le vécu, la réalité, d'une façon artistique, profonde, poétique,mais toujours vrai, toujours réelle", affirme-t-elle avant d'ajouter: "Mon vécu, c'est celui de mon peuple".

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.