Huffpost Algeria mg

L'ambassade de France à Alger nie l'existence d'une politique de quotas dans l'octroi des visas

Publication: Mis à jour:
QSDSD
Twitter
Imprimer

L'ambassade de France en Algérie a démenti, dans un communiqué envoyé ce jeudi 12 mai à la presse, les "propos attribués à son ambassadeur" M. Bernard Emié, selon lesquels 60% des visas délivrés par cet établissement en Algérie sont octroyés aux habitants des wilayas de la Kabylie.

Plusieurs médias affirmaient mardi que M. Emié a déclaré à Tizi Ouzou que 60% des visas délivrés par son ambassade sont octroyés aux habitants de la Kabylie. Selon les mêmes sources, il a également rajouté que 50 % des étudiants algériens en France sont issus de cette même région.

Ces informations ont d'ailleurs fait réagir cet après-midi le ministre des Affaires étrangères Ramtane Lamamra, qui a qualifié ces propos de "malheureux".

"En diplomatie, qui est notre métier, on ne doit pas faire de discrimination entre les citoyens du pays auprès duquel on est accrédité", avait-il indiqué.

LIRE AUSSI: M. Lamamra a qualifié de "malheureux" les propos de l'ambassadeur de France en Algérie, Bernard Emié

La réaction du ministre algérien de la Coopération internationale a fait réagir à son tour l'ambassade de France, qui a démenti la tenue de ces propos, "attribués" selon elle à M. Emié.

Dans le même communiqué, elle explique que ce dernier a "simplement souligné au cours d’une réception à caractère privé avec la communauté française qu’il constatait que les habitants de cette région prenaient toute leur part dans les échanges entre l’Algérie et la France".

L'établissement a par la suite "regretté que ces propos aient pu être mal interprétés", réitérant "le principe fondamental d’égalité et de non-discrimination qui fonde la politique de la France et les relations franco-algériennes".

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.