Huffpost Algeria mg

Un député islamiste veut faire reconnaître la "maladie de l'atteinte par le djinn et la sorcellerie"

Publication: Mis à jour:
ALGERIA PARLIAMENT
The building of the lower parliament chamber is pictured in Algiers, Algeria February 2, 2016. | Ramzi Boudina / Reuters
Imprimer

M.Mohamed Aissa, ministre des affaires religieuses et des wakf a été saisi par écrit par le député Mohamed Daoui, du parti Karama (islamiste) de la redoutable question de faire reconnaître par la loi les cas d'atteinte par les "djinns et la sorcellerie".

Le député note que " de nombreux Algériens, comme chez les autres peuples du monde, souffrent des conséquences de la sorcellerie et de la pénétration des djinns (مس الجن) ", des sujets "reconnus par le Coran et la sunna".

Mais, déplore-t-il, beaucoup de ces Algériens ont "perdu leur travail et la source d'existence du fait de cette maladie qui n'est pas reconnue administrativement et qu'il n'est pas possible de prouver par des documents".

mohamed dhaoui

Les gens "touchés par le djinn et la sorcellerie" sont sommés de "prouver" leur maladie alors que "tout le monde sait que cela est impossible". Le plus souvent, regrette le député, ils ont recours à des psychiatres "pour trouver des explications à la maladie".

Pour résoudre cette question des djinns et de la sorcellerie, le député propose que l'Etat "agrée des roquate (exorcistes) légaux via les parties concernées (le ministre des affaires religieuses par exemple) qui seront habilités à qualifier la maladie. "Sans oublier, ajoute étrangement le député, qu'une telle mesure "ouvrirait la voie à un enrichissement qui ne serait pas légitime".

Une fois ce constat fait, le député pose la question au ministre : "les services du ministère des affaires religieuses réfléchissent-ils à trouver une solution pour ceux qui sont atteints afin qu'ils puissent prouver leur maladie et résoudre définitivement le problème".

En attendant, on peut imaginer l'implication de cette proposition. Des "roquate" agréés pour reconnaître les "atteintes des djinns et de la sorcellerie" donneront, logiquement lieu, aussi à l'agrément de "pharmaciens" spécifiques... Sans oublier la sécurité sociale qui aura fort à faire à rembourser les envoûtements des djinns et les méfaits de la sorcellerie.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.