Huffpost Maroc mg

Après l'interdiction de son concert à Amman, le groupe libanais Mashrou' Leila se produira à Agadir

Publication: Mis à jour:
MASHROU LEILA
Hamed Sinno (R) and Haig Papazian of Lebanese alternative rock band Mashrou' Leila perform on stage at the 39th 'Le Printemps de Bourges' rock and pop music festival in Bourges, central France, on April 26, 2015. AFP PHOTO / GUILLAUME SOUVANT (Photo credit should read GUILLAUME SOUVANT/AFP/Getty Images) | Guillaume Souvant/AFP
Imprimer

CULTURE - Leurs fans marocains vont être ravis. Le groupe de rock libanais Mashrou' Leila sera en concert le 14 juillet au festival Timitar à Agadir. La nouvelle vient d'être annoncée sur la page Facebook du salon Visa for Music, dont le fondateur est également le directeur artistique du festival agadiri.

Ce n'est pas la première fois que la bande de Hamed Sinno rencontre son public marocain. En novembre 2014, le groupe s'était produit en concert devant un théâtre Mohammed V plein à craquer à l'occasion de la première édition de Visa for Music à Rabat. Mashrou' Leila avait également enregistré un showcase pour la chaîne nationale 2M, diffusé dans le cadre de l'émission Corsa Live.

Cette annonce intervient quelques jours seulement après l'interdiction du concert de Mashrou' Leila à Amman en Jordanie. Le motif de cette censure? "Apologie du satanisme et de l'homosexualité", selon les autorités locales. Une décision motivée par les textes du groupe qui défendent la liberté sexuelle et expriment des positions politiques peu consensuelles. Le chanteur du groupe étant d'ailleurs ouvertement gay.

Cette interdiction leur a valu le soutien de la télévision libanaise, mais surtout celle de plusieurs médias internationaux comme le Huffington Post américain, Vice, The New York Times ou encore The Guardian.

D'ailleurs, c'est suite à cette interdiction et à l'annonce de leur concert à la Cigale de Paris le 8 octobre qu'ils ont été reçus par Yann Barthès au Petit journal de Canal+ afin de revenir sur cette polémique mais aussi pour interpréter "Djin", le titre qui a principalement motivé la décision de l'Etat jordanien de bannir leur musique de leur territoire.

LIRE AUSSI: La musique arabe alternative

Close
Quand les icônes de la musique arabe se produisaient au Maroc
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée