Huffpost Maroc mg

Une "seconde peau invisible" pour faire disparaître les cernes et les rides développée par des chercheurs

Publication: Mis à jour:
FAIRE DISPARAITRE RIDES
Une "seconde peau invisible" pour faire disparaître les rides et les cernes | Nature
Imprimer

BEAUTÉ - Et si les crèmes antirides et les astuces pour faire disparaître les cernes étaient bientôt de l'histoire ancienne? Des chercheurs du MIT ont mis au point une "seconde peau" invisible qui permet de redonner sa jeunesse à un visage.

Dans une étude publiée lundi 9 mai dans Nature, les chercheurs américains expliquent avoir utilisé un matériau bien spécifique, à base de silicone, qui se place directement sur la peau. Ce "polymère portatif ", appelé XPL, est une sorte de film qui va rendre la peau plus élastique et l'hydrater.

Mieux, celui-ci est invisible et adhère parfaitement. Les chercheurs ont effectué plusieurs tests sur quelques dizaines de personnes, notamment des femmes âgées de plus de 40 ans. Et les résultats sont plutôt encourageants. A gauche, l'oeil traité avec le produit et à droite, la paupière non traitée:

faire disparaitre rides
De haut en bas, les yeux normaux, puis pincés par deux doigts, juste après le pincement et 3 secondes après

L'application est encore un peu compliquée et se fait en deux temps, une fois par jour. Tous les produits utilisés ont été autorisés par les autorités américaines."Cette 'seconde peau' est portative, hydratante, sure, bien tolérée et améliore l'intégrité mécanique de la peau", affirment les auteurs. Cette innovation est "sans précédent et pourrait permettre de résoudre d'autres problèmes cutanés".

La société américaine Olivo Labs, dont les chercheurs ont travaillé en partenariat avec le MIT sur cette étude, affirme que le XPL est issu de "cinq années de recherches" et que plus de 100 polymères différents ont été testés avant d'arriver à ce résultat.

"A terme, le XPL pourrait être utilisé pour traiter des problèmes de peau tel que l’eczéma et autres dermatites et proposer une protection de long terme aux UVs", veut croire la société.

LIRE AUSSI: