Huffpost Maroc mg

Le Sommet des consciences pour l'avenir sera organisé en marge de la COP22 à Marrakech

Publication: Mis à jour:
NIZAR BARAKA
Le Sommet des consciences pour l'avenir sera organisé en marge de la COP22 à Marrakech | MAP
Imprimer

ENVIRONNEMENT - La 22e Conférence des parties sur le climat (COP22), qui se veut décidément celle "de l'action", pourrait bien trouver une caisse de résonance dans un autre sommet organisé en marge de l'événement qui se tiendra en novembre prochain à Marrakech.

Le Sommet des consciences pour l'avenir, porté par le Centre de recherches et de formation en relations interreligieuses (affilié à la Rabita Mohammadia des Oulémas), sous l'égide du Conseil économique, social et environnemental (CESE), se tiendra dans la ville ocre le 3 novembre prochain, quatre jours avant l'ouverture officielle de la COP22.

Objectif: "réveiller les consciences et prendre des décisions communes pour un avenir environnemental durable et soutenable", ont indiqué, lundi 9 mai à Rabat, les initiateurs de l'événement lors de la présentation du projet qui s'est tenue dans un des poumons verts de la capitale, le Jardin d'essais botaniques.

Passage de flambeau

A l'instar du Sommet des consciences pour le climat organisé à Paris en juillet 2015 par Nicolas Hulot, envoyé spécial du président de la République française pour la préservation de la planète, quelques mois avant la COP21, cet événement permettra de réunir des dignitaires religieux, personnalités morales et spirituelles mais également des philosophes, des scientifiques et des jeunes, afin de "mobiliser les consciences" et de porter le débat sur le changement climatique au-delà des simples considérations économiques, politiques ou industrielles.

A l'issue du Sommet des consciences de Paris, les personnalités qui avaient pris part à l'événement (parmi lesquelles Kofi Annan, Arnold Schwarzenegger mais également un rabbin, un cardinal, un guide soufi et un maître taoïste) avaient par exemple lancé le "Green Faith in Action", une initiative visant à rendre les villes du monde qui accueillent de nombreux pèlerins moins consommatrices en carbone.

"Nous reprenons le flambeau transmis par le Conseil économique et social français car nous sommes convaincus que la prise de conscience générale de la lutte contre le changement climatique requiert d'être relayée par des voix qui portent et personnifient cette 'vision verte'", a indiqué le président du CESE, Nizar Baraka.

Voir le verre à moitié plein

Conscient de la lourde tâche de "réveiller les consciences" sur la lutte contre le réchauffement de la planète, le Secrétaire général de la Rabita Mohammadia des Oulémas, Ahmed Abbadi, estime néanmoins qu'"on ne peut pas prêcher le droit à un environnement sain sans s'acquitter de sa tâche vis-à-vis de cet environnement", et que cette responsabilité et cet engagement pour le climat doivent donc être appropriés par tous les citoyens du monde.

Un ensemble d'actions concrètes, notamment destinées aux jeunes générations, seront ainsi lancées en amont du Sommet des consciences, comme un jeu vidéo interactif sur le climat lancé par la Rabita en juin prochain, ou encore des nouveaux outils didactiques dans les manuels scolaires.

"Ce Sommet des consciences sera celui du verre à moitié plein", explique Aïcha Haddou, directrice du Centre de recherche et de formation en relations interreligieuses. "Il s'agit de transcender les différences culturelles et cultuelles, d'unir les voix et d'aboutir à une vision commune. Le principal défi de notre temps consiste en effet à développer un éveil des consciences écologiques à partir, aussi, de l'ancrage des traditions spirituelles, philosophiques et éthiques".

LIRE AUSSI:
Close
La planète se réchauffe? Voici ce qui nous attend
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée