Huffpost Maroc mg

Chute record de la production céréalière au Maroc

Publication: Mis à jour:
AKHANNOUCH
Aziz Akhannouch, ministre de l’Agriculture et de la pêche maritime | DR
Imprimer

AGRICULTURE- C’est l’une des plus mauvaises campagnes agricoles enregistrées au Maroc ces dernières années. C'est ce qui ressort des chiffres prévisionnels de la production céréalière au titre de la saison 2015-2016, rendus publics ce mardi par le ministère de l’Agriculture et de la pêche maritime par le biais d’un communiqué au ton plutôt optimiste.

En réalité, ces résultats, dus principalement à une pénurie de pluie, sont plus qu’alarmants.

Les prévisions de la production des trois principales céréales de la campagne 2015-2016 sont, en effet, estimées à 33,5 millions quintaux, soit une baisse de 70% par rapport à la campagne 2014-2015 où un record de production avait été enregistré (110 millions Qx).

“Par espèce céréalière, la production prévisionnelle de blé tendre est estimée à 18,6 millions de quintaux, suivi du blé dur avec 8,7 millions Qx puis de l’orge avec 6,2 millions Qx“, précise le ministère. Mais ce n’est pas tout.

Une forte baisse est également prévue pour la production des légumineuses d’automne. Elle “connaitra au même titre que les céréales d’automne une baisse de 40 à 60%, en fonction des résultats du pois chiche de printemps dont les perspectives s’annoncent encourageantes avec les récentes pluies“, estime le ministère.

98 jours sans pluie

Le département d’Aziz Akhannouch justifie ces mauvais chiffres par des “un sérieux déficit pluviométrique accentué par une mauvaise répartition spatiale et temporelle ainsi qu’une augmentation des températures durant l’automne, période de démarrage et de croissance des céréales“.

Avec 19.7 mm, soit un déficit de 42.7% par rapport à une campagne moyenne et de 45.5% par rapport à la campagne précédente, la campagne actuelle affiche le volume pluviométrique le plus faible des 30 dernières années“. Selon le ministère, la campagne 2015-2016 a connu pas moins de 98 jours sans pluies, durant la période novembre-février.

“De plus, durant cette période, les températures étaient supérieures de 2,7° à celles enregistrées en 2014-15 et de 2 à 3° par rapport à une année moyenne“, explique le département dans son communiqué, soulignant toutefois que “grâce aux précipitations du mois de février et mars, les céréales semées tardivement ont connu une reprise significative dans plusieurs régions“.

Les chiffres de la production céréalières sont habituellement présentés lors des Assises de l'agriculture, le rendez-vous annuel de débats et d'échanges du secteur agricole qui se tient généralement en marge du Salon de Meknès (Siam). Pour l'édition 2016, les assises ont été reportées à une date ultérieure. Le ministre n'a donc pas présenté les chiffres de la campagne céréalière en raison du "fort risque de récupération politique. Or, l'agriculture est un secteur au-dessus de tout calcul politico-politicien", croit savoir l'Economiste.

LIRE AUSSI: