Huffpost Maroc mg

Condamnée à vingt ans de prison en France pour avoir tué son mari, la "veuve noire" veut être jugée au Maroc

Publication: Mis à jour:
FATIMA ANECHAD
DR
Imprimer

FAITS DIVERS - C'est une histoire digne d'un téléfilm d'après-midi. La disparition du bijoutier français Roger Bendeçon, en 2002, avait attiré l'attention de la presse française. L'enquête, jamais élucidée, avait néanmoins désigné le suspect majeur: son épouse, Fatima Anechad, une marocaine résidant à l'étranger, actuellement en cavale au Maroc. Mise en examen en 2007, elle a été jugée par défaut le 9 mai par la cour d'assises de Paris, pour assassinat, et a écopé de 20 ans de prison.

Après quatorze années d'enquête, le parquet a tranché. Celle que la presse française a surnommé la "veuve noire", après la disparition de son premier mari en 1980, doit faire face à des preuves qui l'accablent: "ventes hâtives de bijoux pour plusieurs centaines de milliers d'euros après la disparition de son époux, fabrication d'un faux message téléphonique pour rassurer sa famille, ou encore les expertises la décrivant comme froide et manipulatrice", peut-on lire sur le site français l'Express.

Une disparition suspecte

Le bijoutier avait disparu au Maroc, en 2002, alors que son épouse est rentrée seule en France. Cette dernière avait alors affirmé avoir revu son mari quelques semaines plus tard, en France même. Fatima Anechad clame, certes, son innocence, mais ne respecte plus son contrôle judiciaire depuis l'été dernier. En effet, après avoir violé, une première fois, le contrôle judiciaire qui lui a été imposé, et avoir été remise en détention, elle a bénéficié d'une libération sous bracelet électronique. En juillet 2015, elle a cessé de pointer au commissariat, et ira se réfugier au Maroc, où elle souhaite être jugée.

De son côté, Roger Bendeçon, qui est décrit comme "un habitué des cercles de jeu et des petites magouilles, aux mauvaises fréquentations" aurait-il décidé de fuir ses démons? Si Fatima Anechad semble le suspect le plus plausible, tant que l'enquête n'a pas encore révélé toute la vérité, il est difficile de trancher.

LIRE AUSSI:

À lire aussi sur le HuffPost Maghreb

Close
Ces Marocains ayant eu des démêlés avec la justice internationale
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction