Huffpost Maroc mg

A Melilla, les mineurs marocains clandestins ne sont pas les bienvenus

Publication: Mis à jour:
MINEURS MAROCAINS
Les mineurs marocains clandestins de Melilla bientôt expulsés? | DR
Imprimer

IMMIGRATION - L'enclave espagnole de Melilla fait pression sur le Maroc. Après la Suède et l'Allemagne, qui ont récemment conclu avec le royaume des accords de rapatriement des migrants marocains en situation irrégulière, le président de Melilla, Juan José Imbroda, appelle le gouvernement central espagnol à gérer lui aussi le retour des mineurs marocains clandestins dans leur pays d'origine.

M. Imbroda a ainsi déclaré début mai que Melilla était dans l'incapacité d'accueillir près de 500 mineurs qui séjourneraient actuellement de manière illégale dans la ville. Il a notamment insisté sur la nécessité de rapatrier les mineurs au Maroc pour éviter que Melilla ne devienne une zone tampon pour ces jeunes clandestins.

"Ou le Maroc accepte, ou le gouvernement national les prend sur la péninsule et s'occupe d'eux comme il l'entend", a martelé M. Imbroda, qui regrette que la législation actuelle soit "très protectrice" avec les mineurs étrangers et que la ville autonome, malgré la prise en charge de ces enfants, ne puisse les forcer à rester dans le centre d'accueil.

Selon lui, certains d'entre eux refusent de se conformer aux normes et "peuvent causer des problèmes" lorsqu'ils désertent le centre.

Fin janvier, le ministre espagnol des Affaires étrangères, José Manuel García-Margallo, avait indiqué que les enclaves espagnoles de Melilla et Sebta faisaient face à une recrudescence du nombre de mineurs non accompagnés tentant de se rendre en Europe et qui refusaient souvent d'être pris en charge par les autorités locales.

Le ministre avait parlé d'un problème "urgent", et affirmé vouloir trouver une solution commune avec les autorités marocaines afin de tenter de remédier à ce problème.

Le président de Melilla avait quant à lui déclaré que la ville était "débordée" par ces mineurs dont le nombre est passé de 200 à 320 en une année, soit une augmentation de 60%.

LIRE AUSSI:

À lire aussi sur le HuffPost Maghreb

Close
Melilla, forteresse de l'Europe
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction