Huffpost Algeria mg

Chakib Khelil sur les réseaux sociaux : des j'aime et des "man7abbekch" à la folie

Publication: Mis à jour:
CHAKIB KHELIL
Facebook Chakib Khelil
Imprimer

Chakib Khelil, l’ancien ministre de l’énergie et des mines, fait la tournée des zaouïas et parle régulièrement dans une télévision privée. Dans cette opération d’autopromotion qui suscite des polémiques et des interrogations, l’ancien ministre n’oublie pas d’utiliser les réseaux sociaux.

Après avoir créé un compte Facebook, l’ancien ministre, cité dans l’affaire Saipem-Sonatrach et qui a fait l’objet d’un mandat d’arrêt international de la part de la justice algérienne qui n’a pas été exécuté pour "vice de forme" a créé un compte twitter.

Un démarrage en mode caché puisque des Algériens inscrits sur ce réseau social sont presque systématiquement bloqués. Lesquels ont réagi à l’Algérienne, avec humour et persiflage :

Même quand ils sont agacés, ils ne perdent pas le bon sens de l’humour :

Sur Facebook, Chakib Khelil est doublement présent. Dans une page, il est présenté comme le prochain président de la république. A chaque publication, on retrouve des centaines de commentaires négatifs et moqueurs.

Il est vrai que ceux qui gèrent cette page ne font pas dans la dentelle et n’hésitent à mettre l’ancien ministre à coté du chahid Larbi Ben M’hidi. Les commentaires sur ce post sont particulièrement indignés certains même violents.



Dans une autre page qu’il semble gérer en personne, Chakib Khelil tente tant bien que mal de séduire les jeunes à coup de messages vidéo. Dans l’une de ces vidéos, il déclare que seulement 500 personnes ne l’aimaient pas, et que des milliers d’autres le soutenaient.

Pour lui prouver le contraire, et répondre à cette immersion virtuelle, la toile s’est mobilisée en lançant une page intitulée. Chakib Khelil man7abbekch (Chakib Khelil, je ne t’aime pas).

A peine quelques heures après son lancement, cette page suscite déjà le buzz. La page en est déjà à près de 8000 fans. Le ton y est drôle. Les internautes s’en donnent à cœur joie.

On promet de continuer à suivre cette affaire de près, histoire de savoir si le nombre de fans de cette page des “n’aiment pas” arrivera à dépasser les “j’aime“ de la page officielle.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.