Huffpost Maroc mg

Le PJD et le RNI tiennent leurs congrès politiques, l'Istiqlal son conseil national

Publication: Mis à jour:
POLITIQUE
De gauche à droite, Hamid Chabat, Abdelilah Benkirane et Salaheddine Mezouar | Photo montage
Imprimer

VIE PARTISANE - Qu'il s'agisse du PAD, qui tiendra son congrès constitutif, du RNI et du PJD, qui prolongeront les mandats de leurs dirigeants respectifs, ou de l'Istiqlal, qui organise son conseil national, le mois de mai verra des partis politiques marocains prendre des choix décisifs. Tour d'horizon.

Naissance du PAD

Le Parti alternative démocratique (PAD) tiendra son congrès constitutif samedi 7 mai au théâtre Abderrahim Bouabid, à Mohammedia. Un choix opportun pour les membres du parti, qui considèrent que "le choix du lieu a une portée symbolique. Abderrahim Bouabid est l'une des grandes figures de la gauche marocaine, et nous nous revendiquons de son école", a déclaré au HuffPost Maroc Ali El Yazghi, l'un des principaux coordinateurs du parti.

Si la loi impose de tenir les congrès constitutifs avec, au moins, 1.000 congressistes issus du tiers des régions du Maroc, le congrès du PAD, aussi connu sous son nom en arabe, "Al Badil Addimocrati", "mobilisera près de 1.500 congressistes issus des différentes régions du royaume", selon El Yazghi.

RNI: Le congrès des deuxièmes chances

Le Rassemblement national des indépendants (RNI) tiendra, lui aussi, son congrès extraordinaire le samedi 7 mai. À l'ordre du jour: la reconduction de l'actuel bureau du parti. En effet, la formation dirigée par Salaheddine Mezouar compte reporter son congrès ordinaire à une date ultérieure, afin de permettre à ses dirigeants actuellement en poste de mener la bataille des législatives, le 7 octobre.

Le congrès extraordinaire, qui se tiendra au complexe Moulay Rachid, à Bouznika sera aussi, à en croire La Vie Eco, l'occasion d'adresser des piques au PJD.

Le PJD joue les prolongations

De son côté, le Parti de la justice et du développement (PJD) tiendra son congrès extraordinaire le 28 et le 29 mai. À l'instar du RNI, le PJD étudiera la possibilité de prolonger d'un an le mandat de l'actuel secrétaire général du parti Abdelilah Benkirane.
Selon des sources au sein de la formation politique, la question fait consensus, et la prolongation du mandat de Benkirane sera probablement adoptée sans peine.

L'Istiqlal, son programme et les 180.000 emplois

Le Parti de l'Istiqlal (PI), lui, ne tiendra pas un congrès, mais un conseil national le 7 mai, à Rabat. Durant la rencontre, le parti adoptera son programme électoral, qui a été élaboré par une commission spéciale, et qui comportera quelques 1.985 mesures.

Selon des déclarations données par Abdelkader Kihel, membre du bureau exécutif de l’Istiqlal, au journal Le Matin, le programme fera la part belle au volet économique, et plaidera pour une refonte du modèle économique marocain. L’Istiqlal promet, dans son programme, qu'il créera 180.000 postes d’emploi par an (150.000 dans le secteur privé et 30.000 dans le public) s'il venait à diriger le prochain gouvernement. Un programme qui peut sembler irréaliste, et qui a été analysé par nos confrères du Desk.ma.