Huffpost Algeria mg

BATIMATEC 2016, cap sur le développement durable

Publication: Mis à jour:
BATIMATEC
dr
Imprimer

Le salon du bâtiment et des matériaux de construction Batimatec, n'a pas perdu sa cote auprès des professionnels du secteur malgré la conjoncture économique actuelle. L’ouverture de la 19ème édition le 3 mai dernier a été marquée par un nombre plus élevé d'exposants nationaux et étrangers, un nombre de visiteurs croissant au fil des jours mais surtout par un intérêt clairement affiché pour la performance environnementale et énergétique.

Que ce soit dans les procédés et matériaux de construction ou équipements pour différentes industries, de réelles actions pragmatiques et opérationnelles se mettent en place.


Équipements

Du coté des exposants étrangers, c’est la pompe à chaleur à gaz (GHP) de la marque Toyota qui s’annonce comme la solution énergétique la plus innovante. Le directeur Afrique de l’entreprise Edergen, installateur de GHP, Rédha Tachi explique que la GHP est un système intégré de production d’énergie, elle permet de produire le chaud, le froid et eau chaude sanitaire, de plus elle est alimentée au gaz naturel qui est une source d’énergie propre.

"Aujourd’hui nous proposons la climatisation à gaz. Cet équipement trouve largement sa place sur le marché Algérien, prochainement nous allons inaugurer une promotion immobilière de villas à Tiksraine, ce promoteur a opté pour cette solution. L’évolution dans la conception du bâtiment est basée aujourd’hui sur l’économie d’énergie, le rendement et le faible cout d’exploitation qui est l’un des avantages majeurs de la GHP", précise-t-il.

En effet les avantages d’une GHP sont multiples. Elle permet de réduire les émissions de CO2 (40% d’économie de CO2). La GHP garde la puissance constante même à températures extrêmes. Chaque GHP installée à la place d’une chaudière traditionnelle à gaz de même capacité permet une économie de CO2 de 40%.

Le directeur Afrique de cette entreprise Rédha Tachi, souligne qu’il y a un réel intérêt de la part des industriels Algériens. "Notre activité s’est largement étendue, on nous sollicite de tout le territoire national. Nos clients sont des PME, de grande entreprise mais aussi des tertiaire et collectivité à forte consommation d’énergie", affirme-t-il.

Processus et matériaux de construction

Du coté des entreprises Algériennes, la briqueterie Bouras a opté pour l’utilisation de matériaux naturels et non polluants à savoir l’argile. Son slogan "de la terre, de l’eau du feu et du talent pour bâtir", explique clairement que l’entreprise favorise les démarches environnementales.

"Nous somme une entreprise spécialisée dans la transformation de produits rouges à savoir l’argile pour la production de brique. nous produisons la brique naturelle c'est-à-dire sans aucun ajout chimique. Certains ajouts notamment les colorants ont un impact négatif sur l’environnement et aussi sur la santé des travailleurs dans l’usine".

"Ce choix a été une initiative de l’entreprise depuis sa création en 1989 à Sétif », précise Imad Zahouane chargé de communication au sein du groupe.

Ce responsable explique que le processus de fabrication de brique pour cette briqueterie est écologique. Après son extraction dans des argilières, l’argile est laissée reposer entre une année et deux ans, pendant cette période l’argile se purifie en dégageant tous les acides qu’elle contient. Vient ensuite le broyage et le malaxage le séchage et enfin la cuisson.

Pour cette dernière étape Imad Zahouane explique que pour obtenir une brique rouge, il existe d’autres alternatives que d’aller vers les produits chimiques. "Au moment de la cuisson nous utilisant une température ambiante nous permettant d’obtenir la couleur rouge de manière naturelle".

Ceci dit il ne manque pas de préciser que l’implication de l’entreprise dans la préservation de l’environnement ne semble pas intéresser l’acheteur local le prix demeure son premier atout.

Néanmoins le produit de la briqueterie Bouras, parvient à s’internationaliser grâce à son processus et le respect des normes en vigueur.

Le groupe industriel des ciments d’Algérie (GICA) explore aussi des voies qui permettront de réduire l’impacte environnemental de cette industrie. Dans ce sens la station de granulats de Boussaada (M’sila) a doté récemment son unité de quatre dépoussiéreurs à air avec des convoyeurs entièrement capotés.

Pour sa part le directeur général de la cimenterie de Sour El Ghozlane, Brahim Bibi, a indiqué dans un communiqué de presse, que l’usine a connu des rénovations en début d’année et l’installation d’un filtre à manche qui ne dégage pas de poussière polluante pour l’environnement.

La nouvelle édition du Batimatec a aussi consacré dans son programme de conférences un volet pour l’environnement notamment l’éco- construction. Cette conférence qui se tiendra demain abordera plusieurs thèmes notamment ; le verre et l’économie d’énergie, les solutions Schneider Electric pour le résidentiel et petit tertiaire, présentation des projets de Pôle- Eco construction d’Oran et de Sétif…etc.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.