Huffpost Maroc mg

Au Maroc, le manque de pluies a entraîné une baisse du nombre d'emplois

Publication: Mis à jour:
MOROCCAN FARMER
A man works in a salt field near Oulidia May 14, 2009. The salt field is one of five in Morocco where traditional methods are used to process the salt. The processed salt is sold for domestic use. REUTERS/Rafael Marchante(MOROCCO SOCIETY BUSINESS EMPLOYMENT) | Rafael Marchante / Reuters
Imprimer

TRAVAIL - 28.000. C'est le nombre de postes d'emploi perdus dans le milieu rural entre le premier trimestre de l’année 2015 et la même période de 2016, selon une note d'information du Haut Commissariat au Plan (HCP) concernant la situation globale du marché du travail au premier trimestre 2016.

Principale cause: les conditions climatiques ayant caractérisé l'actuelle campagne agricole, à savoir l'important retard des pluies et un hiver particulièrement chaud, limitant l'embauche et obligeant même certains secteurs de l'agriculture à se mettre au chômage technique.

En milieu rural, tous les secteurs ont perdu des emplois cette année, avec 12.000 postes d’emploi en mois dans le secteur de l’agriculture, forêt et pêche, 9.000 dans le secteur des services, 5.000 dans celui des BTP (bâtiments et travaux publics), et 2.000 dans le secteur de l’industrie y compris l'artisanat.

Si la perte de postes a été lourde dans le milieu rural, 15.000 postes ont toutefois été créés dans le milieu urbain entre le premier trimestre 2015 et le premier trimestre 2016. En tout, l'économie marocaine a ainsi perdu 13.000 postes d’emploi sur cette période.

Au niveau national, le secteur de l'agriculture, forêt et pêche a enregistré une perte de 15.000 postes d'emploi, après avoir créé en moyenne annuelle 34.000 postes au cours des deux dernières années, et le secteur de l’industrie y compris l’artisanat a enregistré une perte de 14.000 postes. Le secteur des services a quant à lui connu la création de 10.000 postes et celui des BTP de 6.000 postes.

Le chômage frappe toujours plus les jeunes diplômés

Dans ce contexte, le nombre de chômeurs au Maroc s’est accru de 12.000 personnes, provenant d’une hausse de 22.000 en milieu urbain et d’une baisse de 10.000 en milieu rural, pour atteindre 1.169.000 personnes soit 10% de la population active (contre 9,9% auparavant). Parmi les jeunes âgés de 15 à 24 ans, il a atteint 23% au lieu de 21,3% et parmi les détenteurs de diplômes, 17,5% au lieu de 17,3%.

Dernière donnée inquiétante, la tendance à la hausse du chômage des jeunes diplômés, et notamment les lauréats des grandes écoles et instituts. "Cette catégorie de population, qui traditionnellement souffrait le moins du chômage, commence à s’inscrire dans une tendance haussière semblable à celle connue par les autres catégories des diplômés du supérieur" note le HCP.

S'il n'atteint pas le niveau élevé des diplômés des facultés, dont le taux de chômage représente actuellement près de 2,5 fois le taux national, celui des lauréats des grandes écoles et instituts (9,5%) tend à avoisiner le taux national alors qu’il était, jusqu’en 2012, de l’ordre de 5%, rappelle le HCP.

LIRE AUSSI:
Close
Les produits du terroir marocain
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée