Huffpost Maroc mg

Ted Cruz abandonne la course à l'investiture républicaine et libère la voie à Donald Trump pour 2016

Publication: Mis à jour:
DONALD TRUMP TED CRUZ
Ted Cruz abandonne la course et libère la voie à Donald Trump | AP
Imprimer

INTERNATIONAL - Il n'y a plus que John Kasich pour barrer la route au milliardaire. Autant dire que la voie est libre pour Donald Trump, devenu mardi 4 mai le candidat probable du parti républicain à la présidentielle de novembre après le retrait de la course du sénateur du Texas Ted Cruz.

"Nous avons tout donné, mais les électeurs ont choisi une autre voie. Et c'est le cœur lourd, mais avec un optimisme sans limite pour l'avenir de notre pays, que nous suspendons notre campagne", a déclaré Ted Cruz lors d'un discours à Indianapolis, après sa défaite cinglante à la primaire de l'Indiana, entouré de sa colistière Carly Fiorina et de son épouse, Heidi.

Donald Trump a obtenu environ 53% des voix des républicains de cet Etat industriel de la région des Grands Lacs, devant Ted Cruz (37%) et le gouverneur de l'Ohio, John Kasich (8%), selon des résultats partiels. Il n'a pas encore atteint les 1237 délégués requis pour l'investiture, mais sans la concurrence de Ted Cruz, ce ne devrait être qu'une formalité lors des neuf primaires restantes, dont les dernières auront lieu le 7 juin.

Dans la foulée, le président du parti républicain Reince Priebus a acté mardi la future investiture de Donald Trump et appelé son camp à se rassembler derrière le milliardaire pour battre les démocrates. "@realDonaldTrump sera le candidat probable du @GOP (l'acronyme pour Grand Old Party), nous devons tous nous unir et nous concentrer sur la défaite de @HillaryClinton #NeverClinton".

"Cette année a été incroyable, je n'avais jamais vécu ça, mais c'est une chose belle, une chose belle à contempler, et nous allons rendre à l'Amérique sa grandeur", a déclaré Donald Trump lors d'un discours à la tour Trump, à New York, entouré de sa famille. "Nous nous attaquons maintenant à Hillary Clinton. Elle ne peut pas être une bonne présidente". "Nous allons gagner en novembre", a-t-il aussi promis à ses partisans, après avoir rendu hommage à son ex-rival Ted Cruz. "Nous devons nous unifier", a ajouté Donald Trump, en affirmant que de nombreux républicains l'appelaient pour le rejoindre.

Le mouvement anti-Trump a échoué à endiguer ce populiste sans expérience politique, qui a brisé tous les codes pour battre ses 16 adversaires initiaux, conservateurs comme modérés. En cas de duel Clinton-Trump à la présidentielle, Hillary Clinton, 68 ans, partirait favorite. Elle recueille 47% des intentions de vote des Américains contre 40,5% pour Donald Trump, selon la moyenne des six derniers sondages réalisés.

Bernie Sanders vainqueur dans l'Indiana

Chez les démocrates justement, l'investiture semble sauf coup de théâtre promise à Hillary Clinton, qui a toutefois subi un revers mardi face au sénateur du Vermont Bernie Sanders. Il a remporté près de 53% des voix dans l'Indiana, mais cela ne suffira pas à rattraper son grand retard dans la course aux délégués (Clinton en a 2215 contre 1442 pour Sanders, la majorité requise étant de 2383).

"Mme Clinton pense que cette campagne est terminée. J'ai de mauvaises nouvelles à lui annoncer", a déclaré Bernie Sanders mardi. Le succès du septuagénaire socialiste démocrate auprès des moins de 30 ans sera le grand défi de l'après-convention pour Hillary Clinton, qui doit ses victoires aux démocrates noirs et hispaniques, et aux femmes plus âgées.

Sa stratégie consiste à unifier la gauche autour d'un programme progressiste et d'un message de compassion. "Je suis vraiment concentrée sur la transition vers l'élection présidentielle", a expliqué Hillary Clinton sur MSNBC. "La campagne va être très dure contre un candidat qui dit tout et son contraire. Nous ne laisserons rien passer".

LIRE AUSSI:
Close
Les candidats à la présidentielle américaine 2016
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée