Huffpost Maroc mg

Vers la structuration des marchands ambulants au Maroc?

Publication: Mis à jour:
Imprimer

INFORMEL - Pas un mois ne passe sans qu'un marchand ambulant ne fasse la une des médias à cause de problèmes avec les autorités, menant dans certains cas à des immolations par le feu. La situation pourrait bientôt changer. "Un programme (...) garantissant à cette catégorie sociale les ressources financières, l'amélioration de ses conditions de vie et la préservation de sa dignité" a été mis en place, a déclaré le ministre délégué à l'Intérieur, Cherki Drais, en réponse à une question posée par le groupe de l'Union constitutionnelle à la Chambre des représentants, mardi 3 mai.

Ce programme a été concocté par une commission ministérielle, composée des représentants des ministères de l'Intérieur et de l'Industrie et du commerce. Cela a notamment nécessité le recensement des marchands ambulants selon leur type d'activité, a fait savoir la même source.

L'instauration d'une vision entrepreneuriale

Comment les autorités procèderont donc à organiser ce secteur informel où s'activaient pas moins de 276.000 commerçants en 2013? Alors qu'il a longtemps agi pour l'éradication du commerce ambulant, L'Etat souhaite désormais instaurer une politique entrepreneuriale pour mieux cerner le problème.

Les marchants ambulants seront organisés selon plusieurs catégories. Ils seront également amenés à respecter un règlement intérieur dictant leurs horaires de travail ainsi que le maintien de l'espace public dont ils disposent.

Des moyens financiers seront également mis à disposition des marchants ambulants, a fait savoir Cherki Drais. Des triporteurs seront par ailleurs distribués aux marchants de poissons et des marchés de proximité seront aménagés dans différents quartiers du royaume.

Ce nouveau programme fait donc suite à un projet de structuration du secteur qui devait voir le jour à Rabat le 25 mai 2015 mais qui a été avorté à la dernière minute. Devant être inauguré par le roi en personne, ce dernier a jugé la stratégie "insatisfaisante" et a gelé le lancement de ce programme en attendant qu'il soit revu.

Il faut dire que ce programme, préparé dans le plus grand secret, était loin d'être abouti à l'époque. "Ils ont voulu faire inaugurer par le roi une place vide dont le terrain, appartenant à la ville, n'est pas encore acquis au profit du projet", avait fait savoir à l'époque un haut responsable de la wilaya de Rabat au site d'information TelQuel.

La coordination des marchands ambulants de la capitale avait également pris ses distances de ce projet, en assurant ne jamais avoir été sollicitée pour participer à sa mise en place. "Nous n'avons même pas été impliqués à titre informatif", avait assuré le président de la coordination.

Des chiffres alarmants

Une étude menée en 2013 avait permis de jeter la lumière sur l'ampleur du commerce ambulant au Maroc. En somme, quelque 276.000 commerçants ambulants sillonnaient les avenues et rues du royaume il y a trois ans, afin de subvenir aux besoins de 1,38 million de Marocains. Un chiffre que l'on imagine en hausse depuis, vu que rien n'a été fait depuis. Une activité qui représentait un manque à gagner de 478 millions de dirhams pour l'Etat.

LIRE AUSSI: