Huffpost Maroc mg

Pour la justice italienne, voler pour manger n'est pas un délit

Publication: Mis à jour:
STORE ITALIA
Pour la justice italienne, voler pour manger n'est pas un délit | Stefano Rellandini / Reuters
Imprimer

INTERNATIONAL - La Cour de cassation italienne a estimé que voler de la nourriture pour un faible montant quand on a faim n'est pas un délit, et a acquitté un sans-abri, rapporte ce mardi 3 mai la presse italienne.

Roman Ostriakov, âgé d'une trentaine d'années, avait tenté de voler en 2011 des saucisses et deux morceaux de fromage pour un montant total de 4,07 euros dans un supermarché de Gênes, écrit le Corriere della Sera.

"État de nécessité"

Repéré par un client qui a alerté les gardiens, il a écopé de six mois de prison et d'une amende, virtuelle vu ses conditions très précaires, de 100 euros. Le parquet a fait appel, demandant une peine plus légère car le jeune homme n'avait pas en fait volé la nourriture mais seulement tenté de le faire. La Cour de cassation l'a finalement acquitté.

"Les conditions de l'accusé et les circonstances dans lesquelles il a pris les aliments démontrent qu'il a pris ce peu de nourriture pour faire face à une exigence immédiate (...) et comme on ne peut vivre à moins de s'alimenter, il a donc agi en état de nécessité", a justifié la juridiction suprême italienne, selon le Corriere.

Le journal relève également l'ironie de la situation judiciaire en Italie, où une tentative de vol portant sur 4,07 euros a dû passer trois degrés de justice - première instance, appel et cassation -, avec tous les frais que cela engendre, avant de mettre un point final à l'affaire.

LIRE AUSSI: Le voleur de Casablanca qui fait le buzz (VIDÉO)

À lire aussi sur le HuffPost Maghreb

Close
Ces grands criminels marocains qui ont défrayé la chronique
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction