Huffpost Algeria mg

Hommage à M'hamed Yazid pour son rôle dans l'internationalisation de la cause algérienne

Publication: Mis à jour:
MHAMED YAZID
Archives
Imprimer

Un hommage a été rendu, lundi à Alger, au militant de la cause nationale, M'hamed Yazid, notamment pour son rôle joué pour faire entendre la voix de l'Algérie sur la scène internationale.

Le parcours de cet homme hors pairs, son honnêteté intellectuelle et son objectivité, comme en témoignent ceux qui l’ont côtoyé, en ont fait un interlocuteur incontournable dans l’histoire de la diplomatie et la presse nationale.

Il a été parmi ceux qui ont médiatisé la révolution algérienne et porté sa voix à l’extérieur. Désigné ministre de l'Information et porte-parole officiel du GPRA (de septembre 1958 jusqu'en 1962), il a mené admirablement sa mission de porte-voix d'une Algérie combattante et militante pour le recouvrement de sa souveraineté nationale et de son indépendance.

Intervenant lors d'une conférence organisée par le Forum d'El-Moudjahid, à l'occasion de la célébration de la journée mondiale de la liberté de la presse, l'historien et journaliste, Amar Belkhodja, a considéré M'hamed Yazid comme un "symbole qui a rejoint le mouvement national dès sa jeunesse pour lutter contre la colonisation française et pour l'indépendance du pays".

Il a mis en exergue "le riche parcours de ce diplomate fervent nationaliste qui a travaillé avec détermination pour porter la cause algérienne au devant de la scène internationale en de nombreuses occasions, notamment, à la conférence des non-alignés à Bandung (Indonésie) et aux Nations unies".

L'intervenant a appelé à faire "un recueil du travail mené par ce personnage incontournable du mouvement national et de s'en servir comme référence aux jeunes générations".

Pour sa part, le moudjahid et ancien diplomate, Salah Benkobi, a rendu hommage à "un homme aux compétences avérées qui s'est sacrifié pour l'indépendance de l'Algérie", appelant à "ne pas le laisser dans l'anonymat et mettre en valeur
tout ce qu'il a donné pour son pays".

Il a salué sa mémoire ainsi que sa détermination, son abnégation et son engagement à l'instar du peuple algérien qui a tant souffert des atrocités commises à son encontre par la colonisation française.

"Son travail au plan diplomatique, à coté de Hocine Aït Ahmed, notamment, a été crucial pour faire connaître la cause algérienne aux foras internationaux et dénoncer le colonialisme français", a-t-il relevé également.

La diplomatie algérienne avait signé son acte de naissance à Bandung en avril 1955 pour faire entendre la voix de l'Algérie sur la scène internationale et faire connaître le combat du peuple algérien pour sa liberté et son indépendance.

Celle-ci a été rapidement payante puisque la question algérienne avait été inscrite à l'ordre du jour de l'assemblée générale de l'ONU dès l'automne 1955.

L'année 1958 marquera, par la suite, l'introduction officielle du Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA) sur la scène onusienne avec un projet de résolution en vertu de laquelle l'Assemblée générale avait reconnu le droit du peuple algérien à l'autodétermination, tout en prenant note de la disposition du GPRA à engager des négociations avec le gouvernement français.

Ce succès a été rendu possible grâce, notamment, aux efforts du représentant du Front de libération nationale (FLN) en Amérique, M'hamed Yazid.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.