Huffpost Maroc mg

"Les chants mystiques du monde", la nouvelle création de Mawazine

Publication: Mis à jour:
MAWAZINE
DR
Imprimer

CULTURE - Les chants mystiques du monde. C'est le thème de la création musicale de la 15e édition du festival Mawazine (du 20 au 28 mai 2016).

"Des chants mystiques perses à la transe égyptienne, en passant par les chants populaires algériens, les mélodies yiddish d’Europe de l’Est, les tarentelles gitanes d’Europe du Sud, les incantations chamaniques mongoles et les sutras bouddhistes japonais, l’expérience mystique sera au coeur d’une programmation qui mêlera amour de la contemplation et célébration de la béatitude", indique dans un communiqué l'association Maroc Cultures, organisatrice de l'évènement.

Et c'est au coeur du site historique du Chellah, inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco, que sera présentée cette création inédite.

Le samedi 21 mai, "ce sont les chants mystiques persans qui résonneront dans les jardins à travers la voix d’Alireza Ghorbani", indique Maroc Cultures.

Le lendemain, "c’est un autre continent, l’Europe, et son versant est, qui seront à l’honneur avec les chants yiddish de Noëmie Waysfeld".

Lundi 23 mai, les Musiciens du Caire porteront les musiques et danses de la transe à travers le chant virtuose de Sayed Eman.

Mardi 24 mai, le Maroc et l’Espagne offriront une rencontre-fusion inédite avec la chanteuse de flamenco Ines Bacán et le compositeur marocain Majid Bekkas.

LIRE AUSSI: Qui sont les artistes marocains programmés au Festival Mawazine?

Mercredi, le chanteur et joueur de tambourin Antonio Castrignanò mêlera "les répertoires typiques de la pizzica à des rythmes de bhangra indien et des séquences de la musique populaire maghrébine".

Jeudi 26 mai, le public découvrira Souffles Quartet, fruit d’une rencontre entre le luthiste Enkhjargal Dandarvaanchig, surnommé Epi, et le flûtiste et compositeur Henri Tournier.

Vendredi, "c’est tout le Japon féodal, épique et animiste, que Kakushin Nishihara ressuscitera à travers son chant et son satsuma biwa, un luth à cinq cordes pincées", annonce Maroc Cultures.

Pour la clôture, samedi 28 mai, la chanteuse Houria Aïch investira la scène du Chellah pour interpréter "les chants sacrés de l’ouest algérien, du Sahara et du nord de la Kabylie".

LIRE AUSSI:

À lire aussi sur le HuffPost Maghreb

Close
Mawazine 2015 en 10 claps
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction