Huffpost Maroc mg

Abdelilah Benkirane profite du discours du 1er mai pour tacler (une nouvelle fois) lyas El Omari (VIDÉO)

Publication: Mis à jour:
Imprimer

POLITIQUE - A l'approche des élections législatives, l'ambiance est à la reprise des hostilités entre les patrons du Parti de la justice et du développement (PJD) et du Parti authenticité et modernité (PAM). Alors qu'El Omari a récemment tiré à boulet rouge sur son principal ennemi politique dans les colonnes de l'Economiste, le second a préféré attendre la Fête du travail pour envoyer des piques à "Si Ilyas", devant les membres de son syndicat (UNMT).

Les "diables venus d'Orient"

Si dans un premier temps, Benkirane n'a pas nommé pas son adversaire (assurant tout de même que son parti "se dirige vers une défaite cuisante"), il n'a pas tardé à s'adresser à lui directement en l'appelant "Si Ilyas".

"J'ai quelque chose à dire aux personnes qui manigancent, qui disent vouloir mener la guerre contre les islamistes: Est-ce que Dieu vous a maudit ou est-ce un sioniste que l'on ne connait pas qui vous a influencé, est-ce un de ces diables venus d'Orient?", s'est interrogé Benkirane faisant certainement référence à la récente visite du patron du PAM au Kurdistan irakien.

Le reste de son discours n'a pas manqué d'agressivité. Il fait même penser aux précédents discours assassins de Hamid Chabat, secrétaire général de l'Istiqlal, qu'il avait adressés au chef du gouvernement. "En 2011, ils ont dit s'être désistés pour que le PJD gagne. Soit. Mais en 2015, qu'est-ce que vous avez fait? Comment avez-vu perdu Casablanca, Rabat, Temara, Marrakech et plein d'autres villes?", a ironisé le secrétaire général du PJD, rappelant "qu'un de nos simples militants a vaincu votre (ancien) secrétaire général à Mohammedia (Mustapha Bakkoury, ndlr)".

Ilyas El Omari, un "monstre" selon Benkirane

Pour Benkirane, le choix d'Ilyas El Omari à la tête du PAM n'est que le résultat d'un parti qui a enlevé son masque. "Et là, vous nous ramenez votre bou3ou (monstre, ndlr)? Ce bou3ou que vous cachiez comme si vous cachiez un mal?", a lancé Benkirane, estimant que "c'est lui qui vous mènera à votre perte inchallah".

"Tu sais pourquoi ils te disaient de ne pas te présenter? Parce que tu es sans intérêt et que tu n'est pas prêt à affronter les Marocains", a fustigé Benkirane, multipliant les envolées lyriques. "Tu n'as pas le courage de venir t'expliquer au parlement", "Comme un ballon, tu as fait pschit", ou encore "Tu annonces au peuple marocain la dictature, mais on ne te donnera pas cette opportunité", a enchainé Abdelilah Benkirane sur le ton d'un discours de guerre, concluant qu'Ilyas El Omari est "un homme de missions certainement suspicieuses", mais ne sera jamais "un zaïm politique".

LIRE AUSSI:
Close
Quand les leaders politiques posent pour la photo
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée