Huffpost Algeria mg

Le Pentagone veut couper les connexions internet du groupe Etat islamique

Publication: Mis à jour:
6077AA0C564BDDD8151C7859D13451E3DBF50361
AFP
Imprimer

Le commandement militaire américain pour les activités de défense et d'attaque informatique (Cybercom) travaille à détruire les connexions internet du groupe Etat islamique (EI) pour placer les terroristes dans un état d'"isolement virtuel", selon des responsables du Pentagone jeudi.

Dans ce qu'il a décrit comme "la première opération majeure de combat" de cette unité, le secrétaire à la Défense Ashton Carter a estimé que le Cybercom jouait un rôle très important dans l'opération militaire lancée contre le groupe EI en Irak et en Syrie.

"Les objectifs sont d'interrompre la chaîne de commandement et de contrôle de l'EI, d'interrompre sa capacité à faire circuler de l'argent, d'interrompre sa capacité à tyranniser et à contrôler la population, d'interrompre sa capacité à recruter à l'international", a dit M. Carter lors d'une audition de plus de trois heures devant la commission des forces armées du Sénat. "Nous les bombardons et nous allons leur enlever internet".

Le chef d'état-major inter-armées, le général Joe Dunford, a ajouté que le but était de couper les communications des terroristes.

"Nous essayons globalement d'obtenir un isolement virtuel" des terroristes, a déclaré M. Dunford, le plus haut gradé américain. "C'est très complémentaire avec nos actions sur le terrain, et nous nous concentrons en particulier sur les opérations à l'étranger qui peuvent être organisées par l'EI".

Le Cybercom est chargé de protéger les militaires américains et certains réseaux civils contre toute attaque informatique d'envergure. D'ici 2018 cette unité comprendra jusqu'à 6.000 militaires et techniciens civils répartis dans 133 unités.

Une de ces équipes, qui compte environ 65 membres, travaille aujourd'hui au Moyen-Orient et mène des cyber opérations contre les réseaux du groupe EI.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.