Huffpost Maroc mg

Le Maroc se félicite du vote de la résolution de l'ONU sur le Sahara mais critique Ban Ki-moon et les USA

Publication: Mis à jour:
MEZOUAR
Moroccan Foreign Minister Salaheddine Mezouar speaks during a news conference on a dispute with the United Nations, at the Foreign Ministry in Rabat, March 24, 2016. Dozens of U.N. staffers pulled out of the Western Sahara mission, known as MINURSO, on Sunday after Morocco demanded they leave because U.N. Secretary-General Ban Ki-moon used the term "occupation" during a visit to the region. REUTERS/Youssef Boudlal | Youssef Boudlal / Reuters
Imprimer

DIPLOMATIE - Première réaction officielle du Maroc suite au vote de la résolution du Conseil de sécurité sur le Sahara, adoptée ce vendredi 29 avril. S'il dit prendre "note de la résolution adoptée vendredi par le Conseil de sécurité des Nations-unies, au sujet de la question du Sahara marocain", selon un communiqué du ministère des Affaires étrangères, le Maroc ne fait pas l'économie de critiques envers le secrétaire général de l'ONU, et, dans une moindre mesure, les Etats-Unis.

Un revers cinglant pour toutes les manœuvres du secrétariat général de l’ONU'

Le Maroc considère que la résolution adoptée constitue un ''revers cinglant pour toutes les manœuvres du secrétariat général de l’ONU'', et qu'elle "réaffirme les paramètres de la solution politique, tels que définis par le Conseil de Sécurité depuis 2004 et précisés, en termes opérationnels, en 2007. Elle constitue, à ce titre, un revers cinglant pour toutes les manœuvres du secrétariat général de l’ONU, notamment celles opérées lors de la visite du secrétaire général et celles insérées dans son dernier rapport", selon le ministère, qui estime que "ces manœuvres visaient à altérer les paramètres de la solution politique, à ressusciter des options dépassées et à introduire des éléments non-reconnus par le Conseil de sécurité".

La résolution du Conseil de sécurité confirme le mandat de la Minurso tel qu’il a évolué lors des dernières années

"De même, la résolution du Conseil de sécurité confirme le mandat de la Minurso tel qu’il a évolué lors des dernières années, en tenant compte des développements qu’a connus le dossier", lit-on dans le communiqué, qui se félicite du fait que le Conseil de sécurité ait "tranché avec toutes les tentatives de changement du mandat de la Minurso et de son élargissement à des missions non-convenues et à des actions étrangères à sa raison d’être". Le ministère des Affaires étrangères fait probablement allusion au premier draft du projet de résolution proposé par les Etats-Unis, qui souhaitait investir la Minurso de nouvelles attributions, en élargissant ses prérogatives à la "promotion d’une solution politique mutuellement acceptable."

Pour le département de Salaheddine Mezouar, l'élargissement des prérogatives de la Minurso n'a pas lieu d'être, et c'est dans le contexte du mandat réitéré par la résolution du Conseil de sécurité que "la résolution appelle à la pleine fonctionnalité de la Minurso".

"Le Maroc poursuivra le dialogue"

Le royaume du Maroc poursuivra, "dans le plein respect des décisions qu’il a prises, le dialogue pour parvenir à un paquet de sortie de crise qui permette l’atténuation des dérapages graves du secrétaire général lors de sa visite dans la région, et la garantie du bon fonctionnement de la Minurso, essentiellement dans ses missions fondamentales de surveillance du cessez-le-feu et de déminage dans la zone tampon à l’Est du dispositif de défense", indique le ministère.

Ce faisant, le ministère des Affaires étrangères ne répond pas à la question, qui reste posée, de savoir si le rétablissement de la Minurso concernera ses composantes civile et politique ou seulement sa composante civile. Car les missions de "surveillance du cessez-le-feu et de déminage dans la zone tampon à l’Est du dispositif de défense" mentionnées dans le communiqué sont celles de la composante militaire de la Minurso, qui n'a pas fait l'objet d'une expulsion par le Maroc.

Le Maroc critique envers les Etats-Unis

Dans l'avant-dernière partie du communiqué, le Maroc remercie "les membres, permanents et non permanents, du Conseil de sécurité, ainsi que des pays arabes frères, qui ont agi avec discernement et responsabilité et dans un esprit constructif et amical, pour parvenir à l’adoption d’une résolution qui permette la poursuite sereine de l’action de l’ONU dans ce dossier."

Des éléments de pression, de contraintes et d’affaiblissement

La dernière partie, elle, recèle des critiques adressées aux Etats-Unis, qui n'est pas désigné nominativement, mais en tant que "membre du Conseil de Sécurité qui a la responsabilité de la formulation et de la présentation du premier projet de résolution." Dans le communiqué, le Maroc dit regretter le fait que l'Amérique "ait introduit des éléments de pression, de contraintes et d’affaiblissement, et agi contre l’esprit du partenariat qui le lie au Royaume du Maroc."

Le projet final de résolution sur le Sahara a été adopté ce vendredi. Si le Venezuela et l'Uruguay ont voté contre, la Russie, l'Angola et la Nouvelle-Zélande se sont abstenus. Les dix autres membres du Conseil de sécurité ont donc voté pour. La France et l'Espagne ont notamment été très actifs pour convaincre les pays membres du Conseil de sécurité de ramener le délai de rétablissement de la Minurso à 90 jours au lieu des 60 jours initialement proposés.

En votant cette résolution, le Conseil de sécurité demande le rétablissement de la Minurso - dont la composante civile et politique a été récemment expulsée par le Maroc - dans sa pleine fonctionnalité dans un délai de 90 jours, et prolonge le mandat de la Minurso d'un an.

LIRE AUSSI:

Close
Manifestation à Rabat pour protester contre les propos de Ban Ki-Moon
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée