Huffpost Algeria mg

Pourquoi l'échec de la rencontre de Doha est resté sans impact sur les cours du pétrole

Publication: Mis à jour:
SHALE OIL DAKOTA
A pump jack stands idle in Dewitt County, Texas January 13, 2016. Across oil fields from Texas to North Dakota fears are growing that crude's plunge below $30 a barrel is more than just another market milestone and marks a countdown to an endgame for many shale producers that so far have braved the 18-month downturn. Picture taken on January 13, 2016. REUTERS/Anna Driver | Reuters Staff / Reuters
Imprimer

Le baril de pétrole s’est installé, en ce début de semaine, à un palier de 45 dollars. Explication de cette tendance à la hausse qui se maintient, dix jours après l’échec de la réunion de Doha entre producteurs OPEP et non-OPEP.


Le baril de pétrole ne cesse d’étonner. Dix jours après l’échec de la réunion de Doha entre pays membres et non membres de l’OPEP, il s’affiche autour de 45 dollars, alors que de nombreux spécialistes exprimaient leur inquiétude, redoutant une nouvelle chute des cours.

LIRE AUSSI : Après l'échec de Doha, la Russie se demande à quoi sert l'OPEP

Mardi à la mi-journée, à New-York, le baril franchissait la barre symbolique des 45 dollars, gagnant plus de 2%. Le Brent de la mer du Nord s’échangeait à 46.76 dollars, après avoir gagné 2,6%, un cours resté inchangé ce jeudi matin ( 46.77 )

Ce mouvement était perceptible depuis près de deux mois. Après être descendu sous les 30 dollars, son plus bas, à la mi-février, le baril a regagné du terrain de manière régulière, augmentant de près de 50% en deux mois ; une hausse qui reste à nuancer, étant partie de trop bas.

Cette vitalité du baril de pétrole a été attribuée, dans un premier temps, à des faits conjoncturels, comme la grève des employés du secteur du pétrole au Koweït, qui avait provoqué une baisse de moitié de la production de ce pays, un état des stocks américains moins consistants que prévu.


L’échec de Doha sans impact


Les spécialistes insistaient d’autant plus volontiers sur ces faits secondaires qu’ils confortaient leurs prévisions d’après-Doha : pour eux, la réunion du 17 avril au Qatar devait, en cas d’échec, être suivie d’un effondrement des prix, car l’offre restait largement excédentaire, et l’Iran affirmait vouloir mettre des quantités supplémentaires sur le marché.

Mais dans l’intervalle, la production américaine de pétrole continuait à baisser, résultat direct de la baisse des investissements entamée depuis plus d’un an.

Quand le prix du pétrole avait chuté, les investissements dans le schiste avaient immédiatement suivi. La production s’était maintenue pendant plusieurs mois, le temps que le débit des puits les plus récents commence à diminuer. Le mouvement a pris plus de dix huit mois.

Le niveau des prix actuels, autour 45 dollars, avec des perspectives à la hausse, peut relancer le mouvement d’investissements. Mais ceci ne se fera pas avec la même frénésie de la période 2010-2014, car une certaine méfiance s’est installée. Ce qui offre des perspectives intéressantes pour le baril conventionnel.

LIRE AUSSI :

L'Algérie a besoin d'un baril à 87,6 USD pour atteindre son équilibre budgétaire en 2016

L'Arabie face à d'importants défis pour libérer son économie du pétrole

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.