Huffpost Tunisie mg

Indignée par l'abattage de chiens errants, une pétition en ligne demande le boycott du tourisme en Tunisie et au Maroc

Publication: Mis à jour:
CHIEN ERRANTS
Huffpost
Imprimer

Une pétition a été mise en ligne le 22 avril et signée par 23.500 personnes pour boycotter la Tunisie et le Maroc.

Pour quelle raison? L'abattage des chiens errants.

Sous le nom d' "Appel au boycott mondial de la TUNISIE et du MAROC tant qu’ils massacreront les chiens errants!", la pétition s'adresse directement au président tunisien Béji Caid Essebsi et à Abdelilah Benkirane, chef du gouvernement marocain.

"La Tunisie et le Maroc sont des pays qui vivent essentiellement du tourisme, derrière leurs paysages de carte postale, se cache une vérité des plus effroyables: le massacre en toute légalité des chiens errants!

Au Maroc et en Tunisie, la cause animale reste encore très peu défendue. Les tortures d’animaux errants sont monnaie courante et les chiens en sont les premières victimes", affirme le texte de la pétition.

L'auteur de la pétition propose même des solutions pour mettre fin à la maltraitance animale dans ces deux pays du Maghreb: "des punitions très fortes", "la mise en place d’une campagne de stérilisation/castration", "la création de refuges sécurisés" et enfin "une campagne de vaccination de tous les chiens errants" sous peine de déserter ces destinations touristiques: "Tant que les chiens errants seront si effroyablement traités NOUS citoyens refuseront de nous rendre dans des pays aussi barbares car il n’y a que des monstres pour faire du mal à des animaux!", indique le texte de la pétition.

Les arguments de santé publique se confrontent

En 2014, en Tunisie, 47.000 Tunisiens ont été agressés par un ou des chiens errants, selon les chiffres du ministère de la Santé. En réponse, en septembre 2015 a été lancée une campagne sans précédent menée par les municipalités, afin d'abattre les chiens errants dans les rues.

Kaouther Ben Jannet de l'association animalière "Frères et Sœurs Méditerranéens" (FSM) avait affirmé au HuffPost Tunisie ne pas comprendre les modalités "barbares" de ces abattages "inefficaces". Selon elle "Lorsqu'ils tirent sur un chien, ils n'emportent pas son corps. Ils le laissent sur place. Ceci fait que nous trouvons des chiens morts, en décomposition dans la nature et dans les rues. Au lieu de combattre la rage, les agents municipaux participent à propager les maladies", a t-elle affirmé.

#Jesuisbobby

Au Maroc, le même constat est de mise. Au mois février 2016, une campagne d'abattage de chiens errants a eu lieu dans la ville de Ksar El-Kébir, entraînant de vives réactions sur les réseaux sociaux, notamment à travers le hashtag #JesuisBoby, en référence à une vidéo choquante d'abattage au fusil d'un chien errant par les autorités marocaines.

Aziza Nait Sibaha, présidente de l’association Comme Chiens et Chats, avait fustigé la campagne menée contre les chiens errants dans la vile marocaine de Ksar el-Kébir, appelant à son tour les autorités à y remédier avec d'autres solutions.

LIRE AUSSI: HappyDog, un nouveau centre canin en Tunisie pour montrer "la véritable valeur d'un animal" (PHOTOS)

Urgence d'agir: Pourquoi Ksar El Kbir ne doit pas devenir un lieu d'extermination des animaux errants

#‎JesuisBoby, un hashtag pour les chiens errants au Maroc

Tunisie: L'abattage des chiens "accentue" les problèmes sanitaires, selon une association de défense des animaux

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

À lire aussi sur le HuffPost Maghreb

Close
HappyDog, le nouveau centre pour chiens à Raoued plage
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction

Sur le web

Abattage des chiens errants au Maroc : des ONG tirent la sonnette d ...

Tunisie : le problème des chiens errants - BBC Afrique - BBC.com

Une opération d'abattage de chiens qui prend des allures de ...